Ma collection de Funko Pop (MAJ du 18/10/2017)

Bonjour à toutes et à tous,

Je viens aujourd’hui vous présenter un article un peu spécial. Il y a quelques temps, j’ai commencé à collectionner des figurines Funko Pop. Vous savez ces magnifiques figurines représentant des personnages de franchises cinématographiques, livresques ou encore télévisuelles célèbres.

Voici donc ma petite liste de Pop que je possède actuellement (l’article sera mis à jour au fur à mesure de l’agrandissement de ma collection).

N’hésitez pas à me dire en commentaires si vous aussi vous les collectionnez ^^

 

Liste de mes Funko Pop par série

 

 Saroumane

funko pop MAJ 10 OCT Funko pop 15 oct Funko pop 15 oct maj

Funko Maj 17 octo

Funko pop 18 oct

Funko MAJ 17 oct

+ Ci-dessus : 

Jack Torrance (Shining) – Funko Mystery Mini – Horror Classics

Krampus (Krampus) – Funko Pint Size Heroes Horror

Freddy Krueger – Funko Pint Size Heroes Horror

Gremlins – Funko Pint Size Heroes Horror

Chucky – Funko Pint Size Heroes Horror

La Bête (La Belle et la Bête) – Funko Pint Size Disney Heroes 

 Disney :

01 Mickey Mouse

09 Maléfique

15 Jack Skellington

41 Cendrillon (Rajout)

45 Wall-E

51 Mary Poppins (Rajout)

69 Jack Skellington (Day of the Dead) 

72 Santa Jack Skelligton

83 Kristoff

132 Joie

153 Pumkin King (Rajout)

209 Sally (Seated) (Exclusive – Glows in the Dark – Flocked) (Rajout)

220 Ariel (Rajout)

226 Dapper Jack Skellington (Exclusive)

232 Maléfique (avec flammes vertes)

238 Belle (Winter)

239 La Bête (Winter)

301 Rafiki et Simba

 

Game of Thrones :

01 Tyrion Lannister

02 Ned Stark

03 Daenerys Targaryen

04 Khal Drogo

08 Robb Stark

11 Cersei Lannister

13 Brienne de Torth

14 Joffrey Baratheon

15 Hodor

17 Tywin Lannister

18 Ygritte

26 Jon Snow (Châteaunoir)

27 Samwell Tarly

28 Sansa Stark

29 Petyr Baelish (Litllefinger)

30 Oberyn Martell

31 La Montagne

32 Ver gris

33 Wight

35 Jaime Lannister (Gold Hand)

 

Harry Potter et Les Animaux Fantastiques :

01 Harry Potter (Tenue de Sorcier)

02 Ron Weasley (Tenue de Sorcier)

03 Hermione Granger (Tenue de Sorcière)

04 Albus Dumbledore

05 Severus Rogue (Rajout)

06 Lord Voldemort

13 Drago Malefoy

16 Sirius Black

17 Dobby

32 Harry Potter (Avec la Prophétie)

35 Bellatrix Lestrange (Rajout)

42 Harry Potter (avec la Carte du Maraudeur) 

44 Ron Weasley (et Croutard) 

 

02 Newt Scamander (with Egg)

04 Tina Goldstein

05 Jacob Kowalski

07 Percival Graves

08 Niffler (Rajout)

 

Le Seigneur des Anneaux :

443 Gandalf 

444 Frodon Sacquet

445 Sam Gamegie (Glow in the Dark)

446 Nazgul (Rajout)

447 Saroumane

 

Movies :

467 Carrie (Rajout)

 

One Piece :

98 Monkey D. Luffy

 

The Walking Dead :

391 Daryl Dixon (avec Bazooka)

 

The Witcher :

149 Geralt de Riv

152 Yennefer de Vengerberg

 

Twilight :

Jane de la garde des Volturi (Edition Limitée – Comic Con 2016 New York)

 

 

 

 

Publicités

Marie Vareille – Elia la Passeuse d’Ames (Tome 1)

elia,-la-passeuse-d-ames,-tome-1-739634-264-432

Résumé

Les prophéties n’existent que si quelqu’un a suffisamment de courage pour les réaliser.

Elia est une Passeuse d’Âmes, un être sans émotions. Elle doit exécuter ceux qui sont devenus des poids pour la société : vieux, malades, opposants… Mais un jour elle ne parvient plus à obéir aux ordres et s’enfuit dans la région la plus déshéritée du pays, là où les Passeurs d’Âmes sont considérés comme les pires ennemis. Au plus profond d’immenses mines à ciel ouvert, Elia découvrira, telle une pépite, une destinée qui la dépasse.

(Source PKJ)

Mon avis

Je tiens avant tout à remercier les éditions Pocket Jeunesse et surtout Marie de m’avoir gentiment envoyé ce roman et de me l’avoir dédicacé.

L’histoire est celle d’Elia, une jeune fille de 16 ans vivant dans un lieu privilégié : la Cité du Palatium. La société dans laquelle elle vit est divisée en 3 castes : les Kornésiens qui font partie de l’élite et qui sont à l’abri du besoin. Ils contrôlent et dictent les lois de Tasma. Il y a également les Askaris, des commerçants et les Nosobas qui survivent tant bien que mal hors de la Cité.

Ce roman est le troisième livre de Marie Vareille mais le premier se déroulant dans un univers fantastique et Young Adult (je vous conseille ces précédents romans que j’ai adoré. Vous retrouverez les avis sur mon blog également). Donc ce premier roman (d’une trilogie, je crois bien) a été pour moi une excellente surprise. Je croyais m’être un peu lassée de ces romans dystopiques avec des héroïnes bad ass mais il n’en est rien. Elia est une passeuse d’âmes, elle est chargée d’éliminer pacifiquement les personnes n’ayant plus aucune utilité pour la Communauté. Mais le jour où elle est forcée de tuer un jeune Nosobas, elle s’y refuse et le libère. Son acte va bouleverser sa vie et la jeune fille se voit contrainte de fuir le Palatium et de se réfugier dans le secteur Nord, là où vivent les Nosobas.

A partir de cet instant, je n’ai pas lâché le bouquin et l’ai lu d’une traite. Suivre l’évolution de ce personnage, la voir tenter de survivre dans la terreur, lutter contre la famine, elle qui ne se souciait guère de cela et vivait dans l’opulence auparavant. La voir se lier d’amitié avec des Nosobas, ces personnes qu’elle pensait inférieure à elle, qui n’étaient que des esclaves et des êtres sans importance à ses yeux. Bref ce premier roman développe presque essentiellement les liens entre les personnages. Que ce soit avec Tim, ce jeune homme drôle et très touchant qui l’a prend immédiatement sous son aile ; Arhia méfiante au début envers Elia et qui reste malgré tout mystérieuse pour se protéger ou encore Solstan qui souffle un peu le chaud et le froid avec elle.

L’univers de Marie est assez sombre tout de même : le lieu où vivent les Nosobas m’a un peu fait froid dans le dos. Ces ouvriers travaillent sans relâche dans la mine pour survivre tant bien que mal dans cet endroit hostile. J’ai eu beaucoup de peine pour Elia au début qui, pour la première fois de sa vie, subissait la faim et souffrait du froid. Marie Vareille a vraiment bien retranscrit cette impression de misère et d’injustice. Ce premier tome se passe principalement dans le Nord mais il me tarde de découvrir plus encore ce monde et surtout l’autre caste.

Je n’ai qu’une hâte, c’est de lire le second tome mais à l’heure où j’écris ces mots, il faudra impérativement que je me replonge dans ce roman et dans cet univers. Ne serait-ce que pour retrouver l’ambiance glaciale de ce premier tome et l’écriture addictive de l’auteure.

Encore merci à Marie Vareille et les éditions PKJ pour leur partenariat.

 

 

Marie Vareille – Là où tu iras j’irai

Là où tu iras j'irai

Résumé

Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic: prometteuse en théorie, catastrophique en pratique. 
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier. 
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde. 

(Source Mazarine Edition)

Mon avis

Je tiens à adresser mes remerciements aux éditions Mazarine et à Marie Vareille (merci pour la dédicace ^^ ) de m’avoir si gentiment envoyé ce roman.

N’ayant pas pu résister à l’envie de lire ce roman, je me suis empressée de terminer ma lecture pour entamer celle-ci. D’ailleurs j’avais lu ce bouquin avant l’été et je me suis détestée d’être si impatiente.

L’histoire est celle d’une jeune trentenaire, Isabelle, comédienne ratée qui à la suite d’une rupture avec son petit ami de longue date Quentin, se trouve engagée pour séduire le coeur d’un jeune veuf sur le point de se remarier. Voilà donc que la jeune femme joue à la nounou, elle qui déteste les enfants, en Italie dans la sublime propriété familiale de son employeur.

J’ai complètement dévoré ce roman : un véritable page turner. Le caractère et la personnalité d’Isabelle ne colle pas du tout avec l’emploi dans lequel elle officie. Et les passages avec les enfants se trouvent être les plus drôles et les plus émouvants du roman. la famille Kozlowski compte trois enfants, orphelins de leur mère qui s’est suicidée des années auparavant. Adriana, l’aînée, a engagé Isabelle pour qu’elle ruine la relation de son père et de sa future belle-mère. Cette jeune adolescente a un caractère bien à elle : très excentrique et décidée. Mais au fil des pages, on ressent sa fragilité et sa bonté à certains moments fugaces avant de la redécouvrir agressive et égoïste. Sa soeur cadette Zoé est son exact opposé : geek et peu sûre d’elle mais elles ont en commun l’hostilité qu’elles éprouvent pour la compagne de leur père. Cette dernière est particulièrement méchante envers Isabelle. Nicolas, le petit dernier est resté muet depuis la mort de sa mère. Mais lentement, il s’ouvrira à Isabelle (qui pour le coup est contente que l’enfant soit si sage et muet). Enfin la grand-mère des enfants, très à cheval sur la discipline, verra sa patience mise à rude épreuve en voyant les techniques d’éducation de la nounou.

Comme je l’écrivais plus haut, cette lecture aurait été idéale pour l’été : pour le cadre dépeint avec brio et pour la légèreté de l’intrigue. Je n’ai pas cessé de sourire. En grande partie pour la personnalité d’Isabelle et les remarques pétillantes de ses amis Alexandre et Amina. Mais j’ai aussi été émue par les scènes émouvantes avec les enfants et surtout Nicolas.

On ressent une petite tension au fil des pages car Isabelle doit séduire Jan mais elle éprouve du remord à effectuer ce pour quoi elle a été engagée. Du coup, j’ai un peu été surprise par la fin, par certaines révélations mais le final me plait beaucoup et je vous conseille vraiment de vous plonger dans cet excellent roman.

Je n’en dirai pas plus : la lecture est parfaite et dépaysante. Si vous l’avez déjà lu, n’hésitez pas à me laisser votre impression en commentaire.

En conclusion, je vous conseille le nouveau roman de Marie Vareille. Ce fut une lecture très agréable. L’auteure arrive à nous tenir en haleine à chaque chapitre si bien que vous ne verrez pas les pages se tourner. 

Mille mercis à Marie et aux éditions Mazarine pour cette lecture rafraîchissante.

 

Je suis de retour ^^

maxresdefault

Bonjour tout le monde,

Et oui, je suis de retour après une très (très) longue absence.
Pour plusieurs raisons malheureusement dont certaines indépendantes de ma volonté : la reprise du boulot, une connexion internet plus que merdique et le manque de motivation d’écrire des chroniques ont fait que j’ai laissé mon blog à l’abandon. Je n’ai bien sûr pas arrêté de lire et de me mater des films. De lire certaine de vos chroniques aussi quand j’en avais l’occasion. Au contraire !

Mais, j’ai enfin décidé de revenir. Progressivement au début. J’ai deux chroniques à publier : de deux romans que j’ai adorés qui arriveront sûrement en fin de semaine.
Pour la suite, je ne sais pas. Je lis toujours autant mais j’ai perdu l’envie de publier des avis. Je prends toujours plaisir à lire les vôtres même s’il est vrai que je commente rarement. Je m’en excuse.
Bref, on verra comme cela se passera ensuite. Ce que j’y publierai…

Je me suis découverte une autre passion : l’écriture. Je me suis donc inscrite sur Wattpad et j’ai commencé à publier le début d’une fiction.
Je vous laisse le lien ci-dessous. N’hésitez pas à y faire un tour et me donner vos avis, vos conseils :

https://www.wattpad.com/…/119820514-que-leurs-volont%C3%A9s…

N’hésitez pas à me laisser en commentaires le lien vers vos écrits si vous avez un compte. Je serais ravie d’aller y jeter un œil

Sur ceux, je rattrape mon retard et regarde ce que j’ai loupé durant mon absence.

A bientôt j’espère,

Laetitia

Jeff VanderMeer – La trilogie Annihilation (Tome 1)

jeffvandermeerannihilationtomeunlivres

Résumé

« Toute cette région était désertée depuis des décennies, pour des raisons qui ne sont pas faciles à raconter. Notre expédition était la première à entrer dans la Zone X depuis plus de deux ans et la majeure partie de l’équipement de nos prédécesseurs avait rouillé, leurs tentes et abris ne protégeant plus de grand-chose. En regardant ce paysage paisible, je ne pense pas qu’aucune d’entre nous n’en voyait encore la menace. »

La zone X est coupée du monde depuis des décennies. La nature a y repris ses droits. Quelques vestiges de civilisation subsistent dans une faune et une flore luxuriantes.

La première expédition décrit une contrée idyllique. La deuxième s’achève sur un suicide de masse. Les membres de la troisième expédition s’entretuent, ceux de la onzième reviennent amorphes et succombent à un cancer foudroyant. Nous suivons la douzième, composée de femmes.

Leur mission : cartographier le terrain et ne pas se laisser contaminer par la zone X.

Somptueusement écrit, un roman saisissant, une plongée claustrophobique en territoire inconnu, à mi-chemin entre Conrad et Lovecraft, qui mêle à la perfection thriller et SF.

« Nous étions quatre : une biologiste, une anthropologue une géomètre et une psychologue. J’étais la biologiste. Il n’y avait que des femmes, cette fois, choisies pour intégrer l’ensemble complexe de variables qui régissait l’envoi des expéditions. »

 

(Source Au Diable Vauvert)

Mon avis

L’histoire de ce roman est celle de quatre scientifiques, dont les noms ne sont pas révélés, qui partent explorer la Zone X : un lieu qui est apparu il y a quelques années et qui regorge de mystères. Cette douzième expédition comprend une psychologue, une géomètre, une anthropologue et une biologiste. Cette dernière est la narratrice du roman qui tient lieu ici de journal de bord.

Lorsqu’on m’a envoyé ce roman en service presse, on présentait l’intrigue similaire à l’excellente série Lost (qui est une de mes préférées). Il ne m’en fallait pas plus pour m’intriguer et je me suis donc la lancée avec une grande curiosité dans ce bouquin. Et ce que j’y ai lu m’a accroché comme rarement un roman, pas de science-fiction mais presque, ne l’a fait.

Tout dans ce roman regorge de mystères. A commencer par les quatre personnages principaux dont on ne connaîtra jamais l’identité. Elles sont uniquement nommées par leurs familles de métiers. Elles sont toutes plus ou moins différentes les unes des autres : la psychologue est décrite comme la « chef » de l’expédition et n’hésite pas à reconditionner, par le moyen de l’hypnose, les autres membres du groupe pour les calmer ou les inciter à exécuter certains ordres. Elle est le personnage le plus mystérieux du groupe car elle en sait évidemment plus que les autres au sujet de cette Zone X. Du coup, et le point de vue de la biologiste nous influence un peu dans ce sens, j’ai ressenti beaucoup de méfiance envers celle-ci. Comme je l’écrivais, on découvre ce roman à travers les yeux de la biologiste. J’ai beaucoup aimé son personnage et on découvre la raison pour laquelle elle s’est portée volontaire dans cette expédition. Son caractère, peu loquace et solitaire, diffère complètement des autres. Ensuite, la géomètre est une ancienne militaire assez méfiante mais très courageuse et l’anthropologue est, je pense, la moins hardie des trois (bien que pour se lancer dans une telle entreprise, il faut pas mal de courage quand même).

Ensuite et surtout l’intrigue est juste incroyable. A travers les yeux de la biologiste, j’ai eu l’impression de moi-même faire partie de l’expédition et de découvrir cet étrange lieu en même temps qu’elle. Leur but est de parcourir la Zone X et de cartographier les lieux mais d’après les cartes fournies par la société The Southern Reach, cartes effectuées par les anciens membres des expéditions précédentes, une « Tour » apparaît près du camp de base alors qu’elle ne fut jamais répertoriée. Plus on avance dans l’histoire, plus le mystère s’épaissit dans une ambiance lourde d’angoisse et de suspense (pour l’anecdote, j’adore lire tard le soir dans mon lit mais ici, impossible pour moi de lire la moindre ligne tant j’avais le cœur gonflé d’angoisse. Je pensais ne pas pouvoir réussir à m’endormir la nuit). Si bien qu’il est difficile de poser le roman tant on passe de découvertes en découvertes.

J’ai vraiment adoré ce roman, c’est même un coup de cœur. Je ne connaissais pas l’auteur, Jeff VanderMeer mais je vais évidemment lire les deux autres tomes de cette trilogie et découvrir le reste de sa bibliographie. Il arrive à me happer dans son univers et même à m’intéresser à des sujets qui ne me passionne pas tant que ça comme la microbiologie et tout ce qui se rapporte à la science de la nature…

Sincèrement, je conseille mille fois ce roman pour tous ceux qui aiment plonger dans l’inconnu. Je vous assure la fin est juste grandiose, je ne sais même pas si j’ai tout bien cerné pour tout vous avouer mais j’ai super hâte de lire la suite.

Un énorme merci à Chloë et aux éditions Au Diable Vauvert pour ce petit bijou. Ce fut un énorme coup de cœur.

Paolo Bacigalupi – La fabrique de doute

paolobacigalupilafabriquededoutefilms

Résumé

Toute la vie d’Alix n’est qu’un mensonge. C’est ce que ne cesse de dire le jeune homme mystérieux qui la traque et porte des accusations troublantes contre son père. Elle commence alors à enquêter : son père serait à la tête d’une entreprise qui manipule l’information à des fins lucratives. Est-il possible qu’il couvre les méfaits d’entreprises qui ont entraîné la mort de centaines de personnes ? Le séduisant Moïse et le groupe radical de militants adolescents dont il est le leader, pourraient-ils être dans le vrai ? Alix doit faire un choix, et le temps lui est compté. Mais prendra-t-elle le risque de dénoncer le père qui l’aime et l’a élevée ?

Un page turner du formidable Paolo Bacigalupi qui aborde une question en prise directe avec l’actualité : comment l’information publique est déformée pour l’argent, comment les vérités sont manipulées pour permettre aux mensonges de perdurer, et comment ceux qui en sont coupables peuvent être arrêtés.

(Source Babelio)

Mon avis

Je tiens avant tout à remercier Anaïs et les éditions Au diable Vauvert de m’avoir envoyé cet excellent roman qui n’est pas passé loin du coup de cœur.

L’histoire est celle d’Alix, lycéenne modèle dans un lycée privé qui va voir sa vie bousculée lorsqu’un certain 2.0 va lui semer le doute quant aux activités professionnelles de son père. Ce dernier s’occupant des relations publiques de grosses compagnies pharmaceutiques ou encore pétrolières.

Bien que j’apprécie le genre, je lis rarement des thrillers et, en l’occurrence ici, il se trouve que c’est un thriller Young Adult. Je suis en général plus attirée par les YA fantastiques (par exemple l’excellent Inaccessible de Jessica Brody, paru dans cette même maison d’édition) mais je dois avouer que j’ai pris une belle claque en découvrant ce bouquin.

L’intrigue est parfaitement ficelée et terriblement prenante : le titre a été judicieusement trouvé puisque le doute ne nous quitte pas avant les derniers chapitres. On suit l’évolution d’Alix qui semble avoir une vie parfaite, de l’argent, beaucoup d’amis. Mais lorsque son chemin croise celui de 2.0, sa vie bascule. Ce petit groupe d’adolescents va multiplier les actions pour révéler au grand jour la véritable nature du père d’Alix et toutes les manigances que celui-ci met en œuvre pour cacher la vérité sur la dangerosité de certains médicaments. Alix nie en bloc au départ et refuse de croire que ces jeunes extrémistes disent la vérité mais petit à petit, le doute s’installe et il se pourrait qu’en effet son père n’est pas celui qu’il prétend être.

Chacun des personnages de ce roman a une personnalité et une histoire très intéressante : que ce soit Alix dont j’ai adoré suivre l’évolution (sans soucis au départ, elle frôle presque la folie après les révélations de 2.0). J’ai apprécié que l’auteur n’en ai pas fait une pimbèche qui ne s’intéresse qu’aux fringues et aux garçons. Elle est également une fille brillante, forte et observatrice. Mais elle est confrontée à un terrible dilemme : trahir sa famille pour conserver son intégrité ou les protéger et fermer les yeux sur les actions de son père. Moses, le leader de 2.0, est un grand manipulateur. Du coup, impossible de lui faire confiance et de savoir si ce qu’il raconte est vrai. Du coup, je me suis rapidement identifiée à Alix et, comme elle, je me suis sentie complètement perdue et méfiante vis-à-vis des autres personnages. Le reste du groupe est composé de Kook, une hackeuse légèrement râleuse ; Adam, un jeune homme à la personnalité particulière ; Cynthia qui est sans doute la plus intelligente du groupe et le petit Tank. Chacun fut victime des manigances du père d’Alix et cherche à se venger. Ce qui n’arrange en rien la suspicion qui règne tout au long du bouquin. Petite mention spéciale pour le frère fugueur d’Alix, Jonah, que j’ai adoré ^^

Dans un style simple à comprendre, l’auteur, Paolo Bacigalupi, réussit à nous fasciner et à mettre en lumière ce que ces sociétés de relations publiques tentent de cacher. Pour exemple, il est question d’un médicament contre l’asthme dans ce roman et sur ses effets néfastes sur la santé. Et bien, merci Mr Bacigalupi de m’avoir fichu une trouille pas possible et rendu parano car, étant moi-même asthmatique et sous traitement de fond, j’ai parcouru le net en cherchant les possibles effets négatifs de mes médicaments.

En conclusion, je vous conseille mille fois ce roman. Comme dans tout YA, il y a de la romance mais celle-ci n’est pas le sujet majeur de cette histoire. Je vous le recommande surtout pour sa capacité à nous rendre curieux à propos de la communication faite autour de ces grandes compagnies et du talent de ces agences à camoufler ce qui n’est pas bon pour le Chiffre d’affaires de ces mêmes entreprises. De plus, l’intrigue est si bien ficelée et prenante, même haletante dans les derniers chapitres et ce roman est si original dans son genre que vous ne pouvez passer à côté de ce roman.

Encore merci à Anaïs et aux éditions Au Diable Vauvert d’avoir titillé ma curiosité sur un sujet qui nous concerne forcément. Oh et un grand merci aussi pour les heures de doute et de paranoïa passées à éplucher les infos sur le net concernant mes médocs ^^