Hunger Games réalisé par Gary Ross

Hunger Games réalisé par Gary Ross

Affiche HG

Fiche technique

Producteur : Jon Kilik, Nina Jacobson
Réalisateur : Gary Ross
Scénariste : Gary Ross, Suzanne Collins, Billy Ray ; d’après le roman de Suzanne Collins
Distributeur : Metropolitan FilmExport
Distribution – Jennifer Lawrence : Katniss Everdeen

Josh Hutcherson : Peeta Mellark

Liam Hemsworth : Gale Hawthorne

Elizabeth Banks : Effie Trinkett

Donald Sutherland : Le Président Snow

Stanley Tucci : Caesar Flickerman

Woody Harelson : Haymitch Abernathy

Lenny Kravitz : Cinna

Willow Shields : Primrose Everdeen

Alexander Ludwig : Cat

Leven Rambin : Glimmer

Amandla Stenberg : Rue

Origine : Etats-Unis
Sortie française : 21 mars 2012
Durée : 2h22
Genre : Aventure

Sypnosis

Dans les ruines de l’ancienne Amérique du Nord, un nouveau pays a été reconstruit : Panem. Celui-ci est divisé en douze districts et, en son centre, se trouve le Capitole. Pour punir, la rébellion, chaque année, le gouvernement organise les Hunger Games : chaque district doit fournir un garçon et une fille, qui ont entre douze à dix-huit ans, au cours de la « Moisson ». Ces vingt-quatre tributs se combattront à mort dans une arène jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul et unique vainqueur.

Pour protéger sa sœur, Katniss Everdeen se porte volontaire et part pour le Capitole avec Peeta, l’autre tribut garçon de son district.

Mon avis

Adapté du best-seller américain The Hunger Games de Suzanne Collins, je ne pouvais râter ce film que j’attendais avec impatience. Face à cette histoire et au destin de ces personnages, je ne pouver rester insensible. Il y a beaucoup de similitude avec le film japonais Battle Royale mais je pense que ce film-là, sans être meilleur ou moins bien, est différent. Les deux films sont cruels, il n’y a rien à redire dessus mais le fait que les Hunger Games soit une télé-réalité et que tous les habitants de Panem soient obligés de la regarder, que la participation est obligatoire… je le trouve nettement plus barbare et inhumain.

Je n’ose m’imaginer dans une telle situation. Le courage me manquerait très probablement. Vivre dans une dictature et regarder ces jeux du cirque moderne en priant pour que son nom ne soit pas prononcé lors de la Moisson, est un style de vie que je ne souhaiterais absolument pas avoir. Et pourtant, dans certains pays, sans aller jusqu’à cet extrême, la vie n’est pas si différente de cela.

Katniss est, à mon sens, une véritable héroïne. Cette fille est simple et sa seule préoccupation est de nourrir sa sœur et sa mère, après le décès brutal de son père. Du jour au lendemain, elle est mise sous les feux des projecteurs : le gouvernement fait d’elle une candidate adulée pour mieux la jeter, par la suite, dans l’horreur des jeux.

Elle n’est clairement pas à l’aise dans ce rôle et se rendre plus désirable et sympathique auprès du public et des sponsors est un exercice difficile pour elle.

Contrairement à l’autre tribut de son district, Peeta Mellark. Ce garçon charismatique n’éprouve aucune peine pour se rendre agréable. Il a une aisance orale qui lui permet de se rendre sympathique et d’être apprécier de tous sans difficulté, ce qui est un véritable talent et un grand avantage. Car sa force ne suffit pas dans cette arène et avoir des sponsors et obtenir de l’aide est un atout non négligeable.

capitol_2Katniss 1 & peeta

De plus, Katniss profitera, elle aussi, de ce don, car Peeta va déclarer qu’il est amoureux d’elle et cette relation naissante, qui leur vaudra le surnom des « Amants maudits du District Douze », sera d’une grande aide pour les deux tributs. Créer une romance télévisuelle, telle est la tactique d’Haymitch, leur mentor, pour les aider à survivre dans ce milieu hostile. Mais Katniss et Peeta se prennent au jeu et on assiste à la naissance de leur amour. Bien que Peeta est plus épris de Katniss qu’elle ne l’est à son égard.

Ces scènes sont d’ailleurs mal expliquées, je trouve. C’est assez confus pour une personne qui n’a pas lu les romans. Katniss joue de cette relation, bien qu’elle ait des sentiments pour le garçon. Tandis que Peeta, lui, est réellement amoureux de Katniss et pense, à tort, que certains de ses gestes envers lui sont sincères. Je ne sais pas si ce que j’écris est très clair : en gros, Peeta aime Katniss qui a aussi des sentiments pour lui mais elle pense d’abord à sa survie. Elle donne le spectacle que le public souhaite voir : un amour naissant et voué à l’échec.

Je pourrai vous parler des autres personnages de cette saga pendant des heures tellement Suzanne Collins les a rendu vivants.

Que ce soit Gale, le meilleur ami de Katniss et qui est en quelque sorte, la version masculine de la jeune fille ; le Président Snow : je le trouvais très effrayant dans les romans mais Donald Sutherland (Orgueil et Préjugés) le rend plus terrible de par son calme et l’assurance qu’il affiche ; Effie Trinket et Haymitch dont les répliques sont drôles ; Caesar Flickerman, interprété par un Stanley Tucci (Le diable s’habille en Prada) bluffant.

Et puis, il y a les autres tributs des Hunger Games : on s’attache à certains d’entre eux et savoir qu’au final, il n’en reste qu’un, c’est triste. Rue, une des plus jeunes participantes de cette 74ème édition n’est pas sans rappeler à Katniss, sa petite sœur Prim ; La Renarde ; Tresh… et ils y a ceux qu’on ne voudrait certainement pas rencontrer : Clove, Marvel ou encore Glimmer.

Tous ces personnages tiennent un rôle important dans l’histoire : leur sort va faire éprouver à Katniss, différentes émotions telles que la colère, la peur, la culpabilité, le remord… son instinct de survie est plus fort que tout dans pareil circonstance mais elle est humaine après tout et ne peut s’empêcher de ressentir de tels sentiments.

J’ai apprécié cette façon de nous faire croire, à travers les interventions télévisuelles de Caesar et Claudius, que l’on regarde réellement cette télé-réalité. Leurs explications sur les abeilles tueuses, notamment, me donnent l’impression d’être une habitante de Panem, obligée de regarder ce massacre. C’est judicieusement trouvé. On voit, également, les coulisses de ces jeux : les techniciens et le producteur, Seneca Crane, qui planifie le déroulement de ceux-ci avec l’annonce des morts et autres obstacles dangereux pour les participants. 

CArrière tributgale & katniss

Pour moi, le casting est extraordinaire. Certains jugeaient Jennifer Lawrence (Happiness Therapy) trop « ronde » pour jour Katniss qui est censée avoir la peau sur les os étant donné qu’elle vit dans un district pauvre. Pour moi, elle est parfaite : son jeu d’actrice est impeccable. Elle comprend parfaitement son personnage, ce qui rend son interprétation juste et pas dans l’excès. Elle est à la fois émouvante, drôle, forte, apeurée… elle réussit, à chaque fois, à m’émouvoir dans deux scènes clés de ce film (vous retrouverez ces deux passages dans le paragraphe : on s’en fout mais je l’écris quand même). Elle a vraiment donné vie à Katniss.

Quant à Peeta, c’est dingue à quel point, je trouve Josh Hutcherson (Le secret de Térabithia) idéal pour ce rôle. Il me paraît tellement comme lui lors des interviews et autres tapis rouges. Pour moi, il EST Peeta. Il l’incarne avec brio : on sent que le garçon est un tribut banal, sans réel aptitude. Et c’est ce qui me plait tant dans ce personnage et dans le roman en général : les rôles sont inversés, Katniss protège Peeta et non l’inverse. Bien que, d’une certaine manière, il la protège aussi.

Pour faire court, le reste du casting est tout aussi brillant à mon avis. Spécialement, Woody Harrelson (Les Blancs ne savent pas sauter) et Elizabeth Banks (Ce qui vous attend si vous attendez un enfant) qui interprètent Haymitch et Effie. Donald Sutherland est un Président Snow terrifiant et Stanley Tucci, un excellent Caesar Flickerman, drôle et charismatique.

L’autre acteur qui m’a surpris malgré le peu de scènes où il apparaît est Liam Hemsworth (Expendables 2 : unité spéciale) qui incarne Gale. Idem pour Alexander Ludwig (Du sang et des larmes) qui joue Cato, le tribut carrière du district 2. Je le trouve particulièrement grandiose dans la scène finale.

Le film est esthétiquement beau : bien que les scènes du Capitole soit tournées sur écran vert puis ajoutées par ordinateur, celles de l’arène furent prises en Caroline du Nord, réputée pour ses forêts luxuriantes.

Parlons des costumes du film et je tire mon chapeau fictif à l’équipe chargée des costumes pour les merveilleux vêtements crées pour le film, spécialement ceux pour les habitants du Capitole. Je les imaginais exactement comme cela dans le bouquin : tout aussi excentriques et tape-à-l’œil. De même que les maquillages et coiffures. ils ont su donner un style différent à chaque district. Aussi, les costumes lors de la présentation officielle des candidats en char au public sont magnifiques.

Quant à la musique de James Newton Howard, elle nous met bien dans l’ambiance et les différents thèmes se retiennent facilement. Le petit plus est qu’un autre album a été crée et qui contient des musiques inédites, écrites spécialement pour le film avec des artistes célèbres comme Taylor Swift, Maroon 5 ou encore Kid Cudi dont la musique « The Ruler and the Killer » me donne la chair de poule tant elle me rappelle le Président Snow.

Je ne le dirais jamais assez mais pour moi, les versions originales sont bien meilleures que le doublage en français. Même si celui-ci est bon, on ne peut se rendre compte du talent des acteurs qu’en visionnant le film en VO.

Conclusion

Ce film est une fidèle adaptation du roman et sans être un coup de cœur, je ne me lasse pas de me replonger dans cet univers en compagnie de Katniss, Peeta et les autres.

Le petit bémol reste pour moi la création des mutations génétiques : je ne me les imaginais pas comme cela. Je les voyais plus effrayantes et leurs yeux devaient être ceux des tributs auparavant décédés. Dommage.

L’autre point négatif est, et là je me permets de spoiler, la scène du décès de Seneca Crane. Dans le roman, il est censé se pendre et non ingurgiter des baies empoisonnées. C’est un détail mais qui a son importance dans le second tome.

La manière de filmer de Gary Ross (La Légende de Despereaux), avec cette caméra qui bouge constamment, ne m’a pas dérangée. Je pense, néanmoins, que sans cet effet, le film n’aurait pas souffert et peut-être que les personnes l’ayant moins apprécié à cause de cela, auraient changés d’opinions.

Quoiqu’il en soit, c’est un film que je vous conseille (la saga littéraire également) ne serait-ce que pour ce message d’espoir qu’il véhicule.

C’est un film palpitant, bourré d’actions et de bons sentiments que j’ai grandement apprécié. A voir et à revoir.

On s’en fout mais je l’écris quand même

Comme je l’écrivais plus haut, les deux scènes qui me font vibrer à chacun de mes visionnages sont les suivantes : la scène de la Moisson, où Katniss se porte volontaire en tant que tribut : j’en ai des frissons à chaque fois. Le jeu d’actrice de Jennifer Lawrence est parfait (à voir en version originale car le doublage, à ce moment-là, n’est pas top et reflète mal l’émotion de la scène). L’autre passage, et je spoile encore une fois, est celui de la mort de Rue dans son intégralité : la musique, le jeu des deux actrices, la scène du district huit… ce tout me donne la chair de poule et j’ai beaucoup de mal à contenir mes larmes.

Je trouve ces deux scènes très intenses. Le passage dans la grotte, également ^^

Anecdotes

– Jennifer Lawrence a hésité avant d’accepter le rôle de Katniss. Le fait de se trouver, du jour au lendemain, sous les feux des projecteurs l’a terrifié et elle a mis trois jours avant de finalement accepter le rôle.

– L’histoire a été inspiré du mythe grec de Thésée : tous les neufs ans, sept garçons et sept filles étaient sacrifiés dans le labyrinthe où vivait le Minotaure qui fut, finalement vaincu par Thésée.

– L’auteur de Twilight, Stephenie Meyer a adoré ce roman qui fut un best-seller outre-atlantique. Stephen King l’a également lu et apprécié.  

Liens vers ma chronique du livre

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s