Et une adaptation Live de plus pour Disney

mulan

Après Alice au Pays des Merveilles, Maléfique, Cendrillon ou encore La Belle et la Bête, les studios Disney pourraient bien adapter, en live, le dessin animé Mulan. A priori, ce serait Chris Bender et J.C Spink, producteurs exécutifs de Numéro 4, qui seraient en charge du projet et Elizabeth Martin et Lauren Hynek écriront le scénario.

Pour rappel, voici le synopsis de l’histoire : Mulan est une belle jeune fille qui vit dans un village chinois. Malgré son amour et son respect pour sa famille, son mépris des conventions l’éloigne des rôles dévolus aux filles dévouées. Quand son pays est envahi par les Huns, Mulan, n’écoutant que son courage, s’engage à la place de son père dans le but de lui sauver la vie. Elle va devenir, avec l’aide d’un dragon en quête de réhabilitation, un guerrier hors du commun.

(Source Allociné)

Qu’en pensez-vous? Pour ma part, j’ai moyennement aimé le dessin animé mais bon, je suis curieuse de voir ça. Rappelons également qu’une adaptation de Dumbo par Tim Burton et de Peter et Elliott le Dragon sont prévus prochainement. 

Hunger Games réalisé par Gary Ross

Hunger Games réalisé par Gary Ross

Affiche HG

Fiche technique

Producteur : Jon Kilik, Nina Jacobson
Réalisateur : Gary Ross
Scénariste : Gary Ross, Suzanne Collins, Billy Ray ; d’après le roman de Suzanne Collins
Distributeur : Metropolitan FilmExport
Distribution – Jennifer Lawrence : Katniss Everdeen

Josh Hutcherson : Peeta Mellark

Liam Hemsworth : Gale Hawthorne

Elizabeth Banks : Effie Trinkett

Donald Sutherland : Le Président Snow

Stanley Tucci : Caesar Flickerman

Woody Harelson : Haymitch Abernathy

Lenny Kravitz : Cinna

Willow Shields : Primrose Everdeen

Alexander Ludwig : Cat

Leven Rambin : Glimmer

Amandla Stenberg : Rue

Origine : Etats-Unis
Sortie française : 21 mars 2012
Durée : 2h22
Genre : Aventure

Sypnosis

Dans les ruines de l’ancienne Amérique du Nord, un nouveau pays a été reconstruit : Panem. Celui-ci est divisé en douze districts et, en son centre, se trouve le Capitole. Pour punir, la rébellion, chaque année, le gouvernement organise les Hunger Games : chaque district doit fournir un garçon et une fille, qui ont entre douze à dix-huit ans, au cours de la « Moisson ». Ces vingt-quatre tributs se combattront à mort dans une arène jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul et unique vainqueur.

Pour protéger sa sœur, Katniss Everdeen se porte volontaire et part pour le Capitole avec Peeta, l’autre tribut garçon de son district.

Mon avis

Adapté du best-seller américain The Hunger Games de Suzanne Collins, je ne pouvais râter ce film que j’attendais avec impatience. Face à cette histoire et au destin de ces personnages, je ne pouver rester insensible. Il y a beaucoup de similitude avec le film japonais Battle Royale mais je pense que ce film-là, sans être meilleur ou moins bien, est différent. Les deux films sont cruels, il n’y a rien à redire dessus mais le fait que les Hunger Games soit une télé-réalité et que tous les habitants de Panem soient obligés de la regarder, que la participation est obligatoire… je le trouve nettement plus barbare et inhumain.

Je n’ose m’imaginer dans une telle situation. Le courage me manquerait très probablement. Vivre dans une dictature et regarder ces jeux du cirque moderne en priant pour que son nom ne soit pas prononcé lors de la Moisson, est un style de vie que je ne souhaiterais absolument pas avoir. Et pourtant, dans certains pays, sans aller jusqu’à cet extrême, la vie n’est pas si différente de cela.

Katniss est, à mon sens, une véritable héroïne. Cette fille est simple et sa seule préoccupation est de nourrir sa sœur et sa mère, après le décès brutal de son père. Du jour au lendemain, elle est mise sous les feux des projecteurs : le gouvernement fait d’elle une candidate adulée pour mieux la jeter, par la suite, dans l’horreur des jeux.

Elle n’est clairement pas à l’aise dans ce rôle et se rendre plus désirable et sympathique auprès du public et des sponsors est un exercice difficile pour elle.

Contrairement à l’autre tribut de son district, Peeta Mellark. Ce garçon charismatique n’éprouve aucune peine pour se rendre agréable. Il a une aisance orale qui lui permet de se rendre sympathique et d’être apprécier de tous sans difficulté, ce qui est un véritable talent et un grand avantage. Car sa force ne suffit pas dans cette arène et avoir des sponsors et obtenir de l’aide est un atout non négligeable.

capitol_2Katniss 1 & peeta

De plus, Katniss profitera, elle aussi, de ce don, car Peeta va déclarer qu’il est amoureux d’elle et cette relation naissante, qui leur vaudra le surnom des « Amants maudits du District Douze », sera d’une grande aide pour les deux tributs. Créer une romance télévisuelle, telle est la tactique d’Haymitch, leur mentor, pour les aider à survivre dans ce milieu hostile. Mais Katniss et Peeta se prennent au jeu et on assiste à la naissance de leur amour. Bien que Peeta est plus épris de Katniss qu’elle ne l’est à son égard.

Ces scènes sont d’ailleurs mal expliquées, je trouve. C’est assez confus pour une personne qui n’a pas lu les romans. Katniss joue de cette relation, bien qu’elle ait des sentiments pour le garçon. Tandis que Peeta, lui, est réellement amoureux de Katniss et pense, à tort, que certains de ses gestes envers lui sont sincères. Je ne sais pas si ce que j’écris est très clair : en gros, Peeta aime Katniss qui a aussi des sentiments pour lui mais elle pense d’abord à sa survie. Elle donne le spectacle que le public souhaite voir : un amour naissant et voué à l’échec.

Je pourrai vous parler des autres personnages de cette saga pendant des heures tellement Suzanne Collins les a rendu vivants.

Que ce soit Gale, le meilleur ami de Katniss et qui est en quelque sorte, la version masculine de la jeune fille ; le Président Snow : je le trouvais très effrayant dans les romans mais Donald Sutherland (Orgueil et Préjugés) le rend plus terrible de par son calme et l’assurance qu’il affiche ; Effie Trinket et Haymitch dont les répliques sont drôles ; Caesar Flickerman, interprété par un Stanley Tucci (Le diable s’habille en Prada) bluffant.

Et puis, il y a les autres tributs des Hunger Games : on s’attache à certains d’entre eux et savoir qu’au final, il n’en reste qu’un, c’est triste. Rue, une des plus jeunes participantes de cette 74ème édition n’est pas sans rappeler à Katniss, sa petite sœur Prim ; La Renarde ; Tresh… et ils y a ceux qu’on ne voudrait certainement pas rencontrer : Clove, Marvel ou encore Glimmer.

Tous ces personnages tiennent un rôle important dans l’histoire : leur sort va faire éprouver à Katniss, différentes émotions telles que la colère, la peur, la culpabilité, le remord… son instinct de survie est plus fort que tout dans pareil circonstance mais elle est humaine après tout et ne peut s’empêcher de ressentir de tels sentiments.

J’ai apprécié cette façon de nous faire croire, à travers les interventions télévisuelles de Caesar et Claudius, que l’on regarde réellement cette télé-réalité. Leurs explications sur les abeilles tueuses, notamment, me donnent l’impression d’être une habitante de Panem, obligée de regarder ce massacre. C’est judicieusement trouvé. On voit, également, les coulisses de ces jeux : les techniciens et le producteur, Seneca Crane, qui planifie le déroulement de ceux-ci avec l’annonce des morts et autres obstacles dangereux pour les participants. 

CArrière tributgale & katniss

Pour moi, le casting est extraordinaire. Certains jugeaient Jennifer Lawrence (Happiness Therapy) trop « ronde » pour jour Katniss qui est censée avoir la peau sur les os étant donné qu’elle vit dans un district pauvre. Pour moi, elle est parfaite : son jeu d’actrice est impeccable. Elle comprend parfaitement son personnage, ce qui rend son interprétation juste et pas dans l’excès. Elle est à la fois émouvante, drôle, forte, apeurée… elle réussit, à chaque fois, à m’émouvoir dans deux scènes clés de ce film (vous retrouverez ces deux passages dans le paragraphe : on s’en fout mais je l’écris quand même). Elle a vraiment donné vie à Katniss.

Quant à Peeta, c’est dingue à quel point, je trouve Josh Hutcherson (Le secret de Térabithia) idéal pour ce rôle. Il me paraît tellement comme lui lors des interviews et autres tapis rouges. Pour moi, il EST Peeta. Il l’incarne avec brio : on sent que le garçon est un tribut banal, sans réel aptitude. Et c’est ce qui me plait tant dans ce personnage et dans le roman en général : les rôles sont inversés, Katniss protège Peeta et non l’inverse. Bien que, d’une certaine manière, il la protège aussi.

Pour faire court, le reste du casting est tout aussi brillant à mon avis. Spécialement, Woody Harrelson (Les Blancs ne savent pas sauter) et Elizabeth Banks (Ce qui vous attend si vous attendez un enfant) qui interprètent Haymitch et Effie. Donald Sutherland est un Président Snow terrifiant et Stanley Tucci, un excellent Caesar Flickerman, drôle et charismatique.

L’autre acteur qui m’a surpris malgré le peu de scènes où il apparaît est Liam Hemsworth (Expendables 2 : unité spéciale) qui incarne Gale. Idem pour Alexander Ludwig (Du sang et des larmes) qui joue Cato, le tribut carrière du district 2. Je le trouve particulièrement grandiose dans la scène finale.

Le film est esthétiquement beau : bien que les scènes du Capitole soit tournées sur écran vert puis ajoutées par ordinateur, celles de l’arène furent prises en Caroline du Nord, réputée pour ses forêts luxuriantes.

Parlons des costumes du film et je tire mon chapeau fictif à l’équipe chargée des costumes pour les merveilleux vêtements crées pour le film, spécialement ceux pour les habitants du Capitole. Je les imaginais exactement comme cela dans le bouquin : tout aussi excentriques et tape-à-l’œil. De même que les maquillages et coiffures. ils ont su donner un style différent à chaque district. Aussi, les costumes lors de la présentation officielle des candidats en char au public sont magnifiques.

Quant à la musique de James Newton Howard, elle nous met bien dans l’ambiance et les différents thèmes se retiennent facilement. Le petit plus est qu’un autre album a été crée et qui contient des musiques inédites, écrites spécialement pour le film avec des artistes célèbres comme Taylor Swift, Maroon 5 ou encore Kid Cudi dont la musique « The Ruler and the Killer » me donne la chair de poule tant elle me rappelle le Président Snow.

Je ne le dirais jamais assez mais pour moi, les versions originales sont bien meilleures que le doublage en français. Même si celui-ci est bon, on ne peut se rendre compte du talent des acteurs qu’en visionnant le film en VO.

Conclusion

Ce film est une fidèle adaptation du roman et sans être un coup de cœur, je ne me lasse pas de me replonger dans cet univers en compagnie de Katniss, Peeta et les autres.

Le petit bémol reste pour moi la création des mutations génétiques : je ne me les imaginais pas comme cela. Je les voyais plus effrayantes et leurs yeux devaient être ceux des tributs auparavant décédés. Dommage.

L’autre point négatif est, et là je me permets de spoiler, la scène du décès de Seneca Crane. Dans le roman, il est censé se pendre et non ingurgiter des baies empoisonnées. C’est un détail mais qui a son importance dans le second tome.

La manière de filmer de Gary Ross (La Légende de Despereaux), avec cette caméra qui bouge constamment, ne m’a pas dérangée. Je pense, néanmoins, que sans cet effet, le film n’aurait pas souffert et peut-être que les personnes l’ayant moins apprécié à cause de cela, auraient changés d’opinions.

Quoiqu’il en soit, c’est un film que je vous conseille (la saga littéraire également) ne serait-ce que pour ce message d’espoir qu’il véhicule.

C’est un film palpitant, bourré d’actions et de bons sentiments que j’ai grandement apprécié. A voir et à revoir.

On s’en fout mais je l’écris quand même

Comme je l’écrivais plus haut, les deux scènes qui me font vibrer à chacun de mes visionnages sont les suivantes : la scène de la Moisson, où Katniss se porte volontaire en tant que tribut : j’en ai des frissons à chaque fois. Le jeu d’actrice de Jennifer Lawrence est parfait (à voir en version originale car le doublage, à ce moment-là, n’est pas top et reflète mal l’émotion de la scène). L’autre passage, et je spoile encore une fois, est celui de la mort de Rue dans son intégralité : la musique, le jeu des deux actrices, la scène du district huit… ce tout me donne la chair de poule et j’ai beaucoup de mal à contenir mes larmes.

Je trouve ces deux scènes très intenses. Le passage dans la grotte, également ^^

Anecdotes

– Jennifer Lawrence a hésité avant d’accepter le rôle de Katniss. Le fait de se trouver, du jour au lendemain, sous les feux des projecteurs l’a terrifié et elle a mis trois jours avant de finalement accepter le rôle.

– L’histoire a été inspiré du mythe grec de Thésée : tous les neufs ans, sept garçons et sept filles étaient sacrifiés dans le labyrinthe où vivait le Minotaure qui fut, finalement vaincu par Thésée.

– L’auteur de Twilight, Stephenie Meyer a adoré ce roman qui fut un best-seller outre-atlantique. Stephen King l’a également lu et apprécié.  

Liens vers ma chronique du livre

 

Hunger Games 3 : La Révolte – Partie 2 réalisé par Francis Lawrence

hungergamesquatreaffichedefinitivefilms

Fiche Technique

Producteur : Jon Kilik, Nina Jacobson, Suzanne Collins (Productrice exécutive) 

Réalisateur : Francis Lawrence  
Scénariste : Peter Craig, Danny Strong, d’après le roman de Suzanne Collins
Distributeur :
 Metropolitan FilmExport

Distribution – Jennifer Lawrence : Katniss Everdeen

Liam Hemsworth : Gale Hawthorne

Josh Hutcherson : Peeta Mellark

Woody Harrelson : Haymitch Abernathy

Elizabeth Banks : Effie Trinket

Sam Claflin : Finnick Odair

Stanley Tucci : Caesar Flickerman

Willow Shields : Prim Everdeen

Philip Seymour Hoffman : Plutarch Heavensbee

Donald Sutherland : Le Président Snow

Julianne Moore : La Présidente Coin

Jena Malone : Johanna Mason

Jeffrey Wright : Beetee

Natalie Dormer : Cressida

Gwendoline Christie : Commandante Lyme

Stef Dawson : Annie Cresta

Origine : Etats-Unis
Sortie française : 18 novembre 2015 
Durée :  2h16
Genre : Aventure/Drame/Science Fiction

Synopsis

Dans ce quatrième volet de la franchise HUNGER GAMES, il n’est plus seulement question de survivre pour Katniss Everdeen (Jennifer Lawrence) et les siens : c’est tout l’avenir de Panem qui est en jeu…

Alors que Panem est à présent ravagé par une guerre totale, Katniss et le Président Snow (Donald Sutherland) vont s’affronter pour la dernière fois. Katniss et ses plus proches amis – Gale (Liam Hemsworth), Finnick (Sam Claflin), et Peeta (Josh Hutcherson) – sont envoyés en mission pour le District 13 : ils vont tenter d’assassiner le Président Snow, qui s’est juré de détruire Katniss.

Les pièges mortels, les ennemis et les choix déchirants qui attendent Katniss seront des épreuves bien pires que tout ce qu’elle a déjà pu affronter dans l’arène…

(Source Metropolitan FilmExport/Way to Blue)

Photos

hungergamestroislarevoltepartiedeuxstillsdeuxfilms

hungergamestroislarevoltepartiedeuxstillsunefilms

hungergamestroislarevoltepartiedeuxstillstroisfilms

Anecdote

– Gwendoline Christie et Natalie Dormer qui interprètent respectivement la Commande Lyme et Cressida sont deux actrices qui jouent dans l’excellente série d’HBO : Game of Thrones.

Vous pouvez retrouver mon avis sur le roman à ce LIEN.

Divergente 2 : l’insurrection (3D) réalisé par Robert Schwentke

divergentedeuxlinsurrectionaffichefrancaisefilms

Fiche Technique

Producteur : Douglas Wick, Pouya Shahbazian, Lucy Fisher, Neil Burger (producteur exécutif)

Réalisateur : Robert Schwentke
Scénariste : Akiva Goldsman, Brian Duffield, d’après le roman de Veronica Roth
Distributeur : SND

Distribution – Shailene Woodley : Beatrice « Tris » Prior
Theo James : Quatre/ Tobias Eaton
Kete Winslet : Jeanine Matthews
Zoë Kravitz : Christina
Maggie Q : Tori
Ansel Elgort : Caleb Prior
Jai Courtney : Eric
Miles Teller : Peter

Naomi Watts : Evelyn Johnson-Eaton

Octavia Spencer : Johanna

Daniel Dae Kim : Jack Kang

Origine : Etats-Unis
Sortie française : 18 mars 2015
Durée : 1h59
Genre : Science-Fiction/Aventure

Synopsis

Abandonnant une ville à feu et à sang, Tris est en fuite.
Grâce à ses facultés de Divergente, elle a réussi à échapper au programme des Érudits qui a manipulé et lancé les soldats Audacieux à l’assaut des Altruistes. En trois jours, Tris a perdu sa faction, ses amis, ses parents.
Pourtant, elle n’a pas le droit de baisser les bras. Elle seule peut se dresser face aux Érudits. Avec son frère Caleb et son petit ami Tobias, elle doit trouver des alliés parmi les autres factions, les Fraternels et les Sincères. Mais ceux-ci se montrent méfiants.
Or les combats ont repris, et le temps presse…

(Source Edition Nathan – Lire en Live)

Mon avis

Profitant du Printemps du cinéma, je suis allée voir, ce week-end, le second volet de la saga Divergente.

Quelques jours après le massacre perpétré par les Audacieux sur les Altruistes, sur commande de la faction des Erudits et de leur leader, Jeanine Matthews, Tris, Tobias, Peter, Caleb et Marcus (le père de Quatre) se réfugient chez les Fraternels. Mais, les Erudits menacent toujours de détruire coûte que coûte les Divergents. Alors, leur cachette n’est que temporaire…

Globalement, j’ai beaucoup apprécié cette suite. Je ne me rappelle plus trop le second tome (il faut d’ailleurs absolument que je le relise ^^) mais il m’a semblé que beaucoup trop de détails ont été modifiés (L’histoire de la boîte avec le message : soit je ne m’en rappelle plus du tout, soit ils ont complètement changé la trame de l’histoire). Et puis la fin… c’est du n’importe quoi.

Le réalisateur Robert Schwentke (Flight Plan) dévoile dans ce film les différentes factions et leurs lieux de vie. Dans le premier film, l’action se déroulait principalement chez les Audacieux même si on avait quelques aperçus chez les Erudits et les Altruistes. Ici, on découvre les Fraternels : leurs habitations au milieu de la nature, la simplicité de leur mode de vie… mais aussi, on aperçoit l’endroit où vivent les Sincères (un immense immeuble plein de vitres, bien flippant l’endroit) et surtout, on découvre enfin l’endroit où vivent les Sans-Factions : un entrepôt industriel assez lugubre mais hyper bien protégé par des sans-factions armés. Chaque habitat correspond bien aux valeurs des Factions (les vitres chez les Sincères : pour la clarté et l’honnêteté).

DivergentedeuxstillsunefilmsDivergentedeuxstillsdeuxfilms

Outre ces découvertes, on retrouve Tris, complètement anéantie mentalement à cause des terribles événements survenus lors du premier film. On l’a découverte combattante et forte psychologiquement tandis que dans ce second volet, on l’a découvre assez faible et torturée. J’ai eu mal au cœur pour elle, je dois l’avouer. Quatre est vraiment son pilier dans cette adaptation même si on entrevoit certaines de ces faiblesses ressurgies de son passé. Cette facette de lui, moins assurée, est émouvante. On voit qu’il a peur, pour lui et pour Tris.

Elle n’a plus personne sur qui compter : ses parents sont décédés, son frère Caleb n’est plus sûr d’avoir fait le bon choix en la suivant et Christina se cache chez les Sincères en compagnie de Tori, Uriah et d’autres audacieux qui fuient le régime imposé par Jeanine. Cette dernière est un vrai tyran, pire que dans le premier volet. Elle m’a vraiment fait flippé avec son obsession des Divergents. Il y a également Johanna, la leader des Fraternels incarnée par la brillantissime Octavia Spencer (La couleur des sentiments). Elle apporte un peu de paix et de sérénité au début du film. Je regrette d’ailleurs qu’elle ne soit pas plus présente dans le film. On fait également la connaissance de Jack Kang, le leader des Sincères, interprété par Daniel Dae Kim (Lost) et surtout, parmi ce florilège de nouveaux personnages, on découvre sans doute la plus intéressante de tous, Evelyn Eaton, la mère de Tobias et leader des Sans-Factions, jouée par Naomi Watts (King Kong). Si sur le papier, je n’avais pas lu que c’était elle, je ne l’aurais jamais reconnue. Elle est moins manipulatrice que dans le roman mais elle tente tout de même de convaincre son fils d’engager une guerre contre les Erudits avec les audacieux qui se cachent.

Je suis particulièrement déçue parce qu’à la fin du roman, elle est censée s’opposer fermement à Quatre et ce passage a complètement été zappé du film. Je ne sais pas comment ils vont arranger la chose pour le troisième volet (sachant qu’il y aura un quatrième : le troisième roman est divisé en deux parties) mais j’ai hâte de voir cela.

Divergentedeuxstillstroisfilms

Dans l’ensemble, le casting est excellent : les anciens comme les nouveaux. Shailene Woodley (White Bird) joue parfaitement une Tris affaiblie et tourmentée et Theo James (Underworld : nouvelle ère) est impeccable en Quatre : fort et plein d’assurance. J’aurais, en revanche, bien aimé plus de scènes romantiques entre Tris et Quatre. Kate Winslet (Neverland) incarne une Jeanine Matthews hyper effrayante, déterminée et redoutable dans ce volet. Elle a vraiment la classe ^^ Jay Courtney (Jack Reacher), idem : parfait dans le rôle d’Eric. Ansel Elgort (Nos étoiles contraires) et Zoë Kravitz (After Earth) sont malheureusement peu présents dans le film. C’est dommage parce que les scènes Tris/Christina du bouquin sont très émouvantes et la trahison de Caleb est mal exploitée, je trouve. Idem pour Ray Stevenson (Les Trois Mousquetaires) qui interprète Marcus Eaton et Octavia Spencer qui incarne Johanna : il me semblait qu’il y avait plus de scènes avec eux dans le roman.

Pour les petits nouveaux, Daniel Dae Kim (Lost) et Keiynan Lonsdale m’ont bien plu dans les rôles de Jack Kang et Uriah. Quant à Naomi Watts, elle est méconnaissable dans ce film et prête ses traits à Evelyn Eaton. J’espère qu’elle sera plus présente et calculatrice dans les derniers volets. Elle est vraiment une excellente actrice.

Enfin, mention spéciale à Miles Teller (Whiplash) qui incarne le détestable Peter. Ses répliques sont super drôles ^^

Visuellement, le film est très beau : les scènes d’action lors des simulations sont époustouflantes (même si je n’ai pas trop apprécié la 3D, mais c’est un autre débat). Le réalisateur avait plus de moyens pour créer ces effets spéciaux et il n’y a pas de gros changement visuel comparé au premier film réalisé par Neil Burger (dont voici, à ce LIEN, mon avis). D’ailleurs, ce dernier est producteur exécutif de ce film.

Découvrir les factions, les différents costumes, les véhicules, armes et autres objets futuristes de cet univers est un vrai bonheur. Ce tout reste crédible et pas surfait ou irréaliste.

Enfin, en ce qui concerne la bande originale, je regrette qu’on entend seulement les morceaux du compositeur Joseph Trapanese (Oblivion). Dans le premier volet, on pouvait entendre les titres de Woodkid, Ellie Goulding… Ici, malgré une magnifique BO, aucun de ces morceaux n’est présent. Dommage.

Conclusion

Plein d’actions spectaculaires, j’ai évidemment adoré cette adaptation. Oui, je sais, je ne suis absolument pas objective car je suis fan de la saga. Que ce soit l’histoire (avec ses quelques modifications), la tristesse de certaines scènes, les personnages : leurs qualités et leurs défauts… tout cela m’a transporté dans l’univers de Veronica Roth.

Le seul petit regret, c’est le peu de présence de personnages secondaires qui ont une grande importance pour l’intrigue : Johanna, Evelyn Eaton, Caleb, Christina… et les modifications faites par rapport au roman d’origine. La fin ne correspond absolument pas à celle du bouquin : on a pas la confrontation Quatre/Evelyn, la dernière partie est complètement oubliée. Je ne sais pas comment ils vont rectifier tout ça mais rendez-vous en 2016 pour voir le résultat ^^

On s’en fout mais je l’écris quand même

– Les répliques de Peter sont excellentes. Spécialement lorsqu’il se trouve chez les Fraternels et se moque de leur bienveillance et leur gentillesse.

– Enfin, je défie quiconque de n’avoir pas pensé au fait que les trois « petits amis fictifs » de Shailene Woodley sont réunis dans certaines scènes. Elle « sortait » avec Miles Teller dans The Spectacular Now ; avec Ansel Elgort dans Nos étoiles contraires et avec Theo James dans Divergente, évidemment.

Anecdotes

– Il se pourrait que le film sorte en 3D. Pour ma part, je ne suis pas trop fan de la 3D mais bon…on verra ce que ça donne.

Voir mon avis sur le roman ICI

L’image du dimanche : une carte pour les 122 longs métrages Disney

cartedisney

cartedisneydeux

Le site Konbini a publié hier, sur son Facebook, une carte montrant les différents endroits où se sont passés les longs métrages des studios Disney. C’est un étudiant slovaque, Martin Vargic alias Jay Jason Simons qui l’a faite. C’est génial, non ? ^^

Voici la liste des longs métrages et le lieu où l’histoire se déroule :

1.101 Dalmatiens – Angleterre
2.1001 pattes – Texas/Mexique frontière
3.Dingo et Max – New York
4.Akira – Tokyo
5.Aladdin – Jordan River (Jordanie)
6.Alice au Pays des Merveilles – Angleterre
7.Anastasia – St. Petersburg
8.Fourmiz – New York
9.Mission : Noël – Pôle Nord
10.Atlantide: l’empire perdu – Océan Atlantique
11.Bambi – USA Côte Ouest/Canada frontière
12.La Belle et la Bête – milieu de la France
13.Bee Movie : drôle d’abeille – New York
14.Beowulf – Sud de la Suède (Götaland)
15.Les Nouveaux héros – San Francisco
16.Volt, star malgré lui – Los Angeles et New York
17.Rebelle – Ecosse

18.Frère des Ours – Alaska
19.Cars – Arizona/Nevada
20.Cars 2 – Londres (et autres)
21.Cendrillon – Sud de la France
22.Tempête de boulettes géantes – Bermudes
23. Tempête de boulettes géantes – Bermudes
24.Coraline – Ashland, Oregon
25.Les Noces Funèbres – Campagne de la France(peut-être en Angleterre)
26.Moi, moche et méchant – Albukerque, New Mexico (et autres)
27.La bande à Picsou : Le Trésor de la lampe perdue – Côte Nord de Californie (et autres)
28.Dumbo – Floride
29.La Route d’El Dorado – Sud du Mexique
30.Kuzco, l’empereur mégalo -Perou
31.Epic – Connecticut
32.Ernest et Celestine – Belgique
33.Le monde de Nemo – Sydney, Australie
34.Fantastic Mr.Fox – Nord de l’Angleterre
35.Souris City – Londres
36.From Up on the Poppy Hill – Tokyo
37.La Reine des Neiges – Sud de la Norvège
38.Happy Feet – Près de la Terre-Adélie, Antarctique
39.Happy Feet 2 – Près de la Terre-Adélie, Antarctique
40.Hercule – Grèce
41.La ferme se rebelle – Nevada
42.Hotel Transylvania – Roumanie(Transylvanie)
43.Dragon – Les Hébrides/Ecosse
44.Le Bossu de Notre Dame – Paris
45.Chicken Little – USA Midwest
46.Chicken Run – Nord-Ouest de l’Angleterre
47.L’âge de Glace – Alaska
48.James et la Pêche Géante – chiefly New York
49.Kung Fu Panda – Sud de la Chine rurale
50.Kung Fu Panda 2 – Côte sud de la Chine

51.La Belle et le Clochard – Nouvelle-Angleterre

52.Lilo et Stitch – Kauai, Hawaï
53.Le Roi Lion – East African Rift (Est de l’Afrique)
54.La Petite Sirène – Iles Vierges (USA)
55.Madagascar – New York et Madagascar
56.Madagascar 2 – Près du volcan Nyiragongo (Congo)
57.Madagascar 3 – Monaco (et autres)
58.Mary and Max – Melbourne
59.Megamind – Michigan
60.Bienvenue chez les Robinson – Sud du Canada
61.Millennium Actress – Sud du Japon
62.Monstres contre Aliens – San Francisco
63.Mulan – Pékin, Nord de la Chine
64.Mon voisin Totoro – Tokyo
65.Nos voisins, les hommes – Est de l’Oregon
66.Le Royaume de Ga’hoole – Sud de l’Australia / Tasmanie
67.L’étrange pouvoir de Norman – Massachusetts
68.Persepolis – Téhéran, Iran
69.Pinocchio – Collodi, Italie
70.Peter Pan – USA Midwest
71.Planes – Ohio
72.Pocahontas – Virginie
73.Le Pôle Express –Pôle Nord
74.Ponyo sur la falaise – Japon
75.La Princesse et la Grenouille – Louisiane/Nouvelle Orléans
76.Le Prince d’Egypte –Sinaï, Egypte
77.Princesse Mononoké – Nord du Japon
78.Le Chat Potté – Andalousie, Espagne
79.Rango – Nevada
80.Ratatouille – Paris, France
81.Rio – Rio de Janeiro, Brésil
82.Rio 2 – Forêt Amazonienne, Brésil
83.Les cinq légendes – Pôle Nord

84.Robin des Bois – Forêt de Sherwood, Angleterre

85.Romeo and Juliet: Sealed with a Kiss
86.Festin de requin – Près de la République Dominicaine
87.Gang de requins – Bahamas
88.Shrek – Allemagne
89.La Belle au Bois Dormant – Milieu de la France
90.Blanche Neige et les Sept Nains – Allemagne
91.Le Chant de la mer – Irlande
92.South Park, le film– Colorado
93.Spirit: l’étalon des plaines – Région du Dakota
94.Le voyage de Chihiro – Japon
95.Les Rois de la Glisse – Polynésie Française
96.Raiponce – Le Lac de Constance, Allemagne
97.Tarzan – Gabon
98.Scott, le film – Floride
99.Les aventures de Tintin : le secret de la Licorne – Maroc (et autres)
100.Les Indestructibles – Chicago
101.Le Géant de fer – Maine
102.Le Livre de la jungle – Milieu de l’Inde
103.Basil, détective privé – Londres
104.L’Illusioniste – Nord de l’Ecosse
105.Les aventures de Bernard et Bianca – USA Côte Sud
106.Bernard et Bianca au pays des kangourous – Australie
107.Arrietty, le petit monde des chapardeurs – Japon
108.Les Simpson, le film – Oregon et Alaska
109.Les Schtroumpfs – New York
110. Les Schtroumpfs 2 – Paris
111.The Wild – New York et Côte du Mozambique
112.Le Vent se lève – Tokyo, Japon
113.Tokyo Godfathers – Tokyo, Japon
114.Toy Story – Ohio
115.Les Triplettes de Belleville – France et New York(univers alternatif)
116.Turbo – Los Angeles
117.Là-Haut – Angel Falls, Venezuela
118.Yogi l’ours – Parc de Yellowstone, Wyoming
119.Wallace & Gromit: le mystère du Lapin-Garou – Angleterre
120.Valse avec Bashir – Liban
121.Qui veut la peau de Roger Rabbit – Los Angeles
122.Winnie l’ourson – Sud de l’Angleterre

Vous pouvez la retrouver plus en détails sur le site Halcyonmaps.

P.S : Thanks to Martin to accept that i publish it on my blog ^^

(Source Konbini, La Boîte verte et Jay Jason Simons)

God Help the Girl réalisé par Stuart Murdoch

Test DVD – God Help the Girl réalisé par Stuart Murdoch

godhelpthegirlaffichefilms

Fiche technique

Producteur : Barry Mendel

Réalisateur : Stuart Murdoch

Scénariste : Stuart Murdoch

Distributeur : MK2 Diffusion

Editeur Dvd : TF1 Vidéo

Distribution – Emily Browning : Eve

Olly Alexander : James

Hannah Murray : Cassie 

Pierre Boulanger : Anton

Cora Bissett : Miss Browning

Sarah Swire : Ballerina

Mark Radcliffe : Findlay

Stuart Maconie : Donovan

Origine : Royaume-Uni

Sortie française du Dvd : 15 avril 2015

Durée : 1h52

Genre : Comédie Musicale, Drame, Romance

Caractéristiques du DVD 

Date de sortie DVD et de la VOD : 15 avril 2015

Prix du DVD : 19,99€

Prix de la VOD : à partir de 3,99€ – Téléchargement définitif à partir de : 13,99€

Bonus (Plus d’une heure de suppléments)

– Making Of

– Clip de la chanson « God Help the Girl »

– Concert de Belle & Sebastian donné lors de la première UK du film 

Synopsis 

La jeune Eve écrit des chansons en rêvant de les entendre un jour à la radio. À l’issue d’un concert, elle rencontre James, musicien timide et romantique qui donne des cours de guitare à Cassie, une fille des quartiers chics. Dans un Glasgow pop et étudiant, ils entreprennent bientôt de monter leur propre groupe.

(Source Tf1 Vidéo)

Mon avis

« God Help the Girl » est un film musical réalisé par Stuart Murdoch, leader du groupe Belle & Sebastian (dont je suis désormais fan de la musique ^^). L’idée de départ est partie du fait que le réalisateur avait écrit plusieurs morceaux de musique mais qu’il pensait plutôt destinés à un groupe de filles et non aux siens. Le style étant différent. Ecrire les morceaux, ok, mais en plus en faire un film qui, au final, s’avère hyper réussie. Vous ne pouvez vous rendre compte de mon enthousiasme, là, à l’instant où j’écris ces lignes mais ce film est un énorme coup de cœur. Enorme, gigantesquissime (oui oui tant que ça ^^) coup de cœur.

L’histoire est celle d’Eve, une jeune fille souffrant d’anorexie qui se lance dans la musique en composant et écrivant ses propres chansons. Un jour, elle rencontre James, un artiste timide et solitaire, qui en compagnie de son élève, Cassie, va aider Eve à monter un groupe et surtout à se sentir mieux dans sa vie plutôt compliquée.

godhelpthegirlstillsunefilmsgodhelpthegirlstillsdeuxfilms

C’est assez intéressant de voir la manière dont ce film a vu le jour : le réalisateur/compositeur s’est mis dans la peau d’Eve pour raconter ce qui devait l’être en chanson, à la manière des comédies musicales. Le résultat est formidable : sous des airs pop (à la fois rythmés pour certains titres, plus mélancoliques pour d’autres ou parfois le tout est subtilement mélangés pour donner quelque chose de plus nuancé), on découvre la personnalité des trois personnages principaux : Eve est une jeune femme torturée et faible psychologiquement. On voit bien son évolution musicale et mentale au fil du film. Elle est un peu perdue au début, dépassée par sa maladie mais la musique (qui est, je pense, un personnage à part entière) l’aide à exprimer ses sentiments. James et Cassie sont ces piliers et l’aident, tant bien que mal, à surmonter, grâce à leur joie de vivre, ses problèmes.

James, lui, est plus réservé. Il compose, écrit et chante divinement bien (j’étais complètement sous le charme ^^) et c’est à peu de chose près, tout ce qui l’intéresse. Peu importe ce que les gens pensent de lui ou de son travail, il préfère la solitude à se mélanger à la foule.

Quant à Cassie, elle est enthousiaste, spontanée, pétillante et sa joie de vivre est communicative même si elle n’est pas une nana très futée ^^

Ce trio est complémentaire : James et Cassie soutiennent par leur seule présence Eve ; Eve et Cassie sortent James de sa solitude et de sa chambre. Enfin, Eve et James poussent Cassie à avoir plus confiance en elle.

Les personnages évoluent à Glasgow, en Ecosse dans les années 90 : les sonorités de la musique pop ; le « rétro » des décorations (de la chambre de James, du salon de Cassie, de l’hôpital…) et des objets comme la cassette audio, le vieux tourne-disque ou le casque audio…même les costumes des comédiens et leurs coiffures nous ramènent à cette époque pas si lointaine. Cela donne une ambiance énergique et surtout un visuel très coloré et élégant au film. Une pure pépite visuelle qui est agréable à l’œil, d’autant plus que certaines scènes sont filmées « à l’ancienne » avec des couleurs sépia. C’est super beau et très esthétique. D’ailleurs, ces scènes paraissent tellement naturelles qu’elles semblent être des moments volés sur le tournage. L’alchimie amicale entre les acteurs saute aux yeux (vous pourrez en avoir un aperçu dans le Making Of).

godhelpthegirlstillsquatrefilmsgod help the girl review

Eve est interprétée par Emily Browning (Sleeping Beauty). Ce que j’aime chez cette actrice, c’est que son visage dénote une certaine mélancolie. Elle colle parfaitement au rôle et devient son personnage. De plus, elle chante extrêmement bien comme on a pu l’apercevoir dans le film Sucker Punch. Olly Alexander (Bright Star) joue James. Je ne connaissais pas cet acteur mais sa façon d’interpréter James est naturelle. Je n’avais même pas l’impression qu’il jouait en vérité ^^. Idem pour Hannah Murray (Skins) qui prête ses traits à Cassie. C’était une parfaite inconnue pour moi mais j’ai eu l’impression de voir sa véritable personnalité à l’écran. 

Enfin, Pierre Boulanger (Bienvenue à Monte Carlo), un acteur français, incarne un chanteur de rock, Anton. Eve craque pour lui, plus pour la réussite qu’il représente, je suppose.

Il faut noter également que Barry Mendel, le producteur de Sixième Sens, a cru en ce film dès le départ et il a eu raison d’investir dans ce projet.

Enfin, étant une comédie musicale, la musique y est très importante. Elle est, comme je l’écrivais plus haut, un personnage à part entière du film. Je vais, au plus vite, me procurer cette bande originale car plusieurs titres de celle-ci sont entêtants, envoûtants même. Même les paroles semblaient s’adresser à moi directement ^^

Conclusion

Donc, en définitif, ce film est un immense, un très gros coup de cœur que je ne peux que vous conseiller. Le mélange Teen movie/Comédie musicale est explosif et m’a touché pile au cœur. C’est comme si j’inspirais une bouffée de bonheur, d’excentricité et d’allégresse qui durerait près de deux heures. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ressentie cela pour un film. Alors foncez, il sort le 15 avril 2015 en Dvd. Et on a droit à un concert de Belle & Sebastian dans les bonus. Elle est pas belle la vie, quand même!

On s’en fout mais je l’écris quand même

– Le vrai groupe de musique God Help the Girl existe réellement et certains membres du groupe, Célia Garcia et Alex Klobouk, jouent également dans le film.

– Il y a plusieurs scènes marrantes dans ce film mais celles qui m’ont bien fait rire sont celle de la scène du match de football et celle où le groupe tente de choisir un nom. C’est juste trop drôle et en plus cette seconde scène est un passage improvisé des acteurs.

Anecdotes

– Elle Fanning (Maléfique) devait, à l’origine, jouer le rôle de Cassie. Mais suite à un problème d’emploi du temps, c’est finalement Hannah Murray qui a été choisie.

– En 2014, le film a été présenté en avant-première au Festival de Sundance.

– Olly Alexander et Hannah Murray ont tout deux joué dans la série Skins. Le personnage d’Hannah s’appelait aussi Cassie.