Divergente 2 : L’insurrection – Final Trailer + extrait

Voici la dernière bande annonce en date du film Divergente 2 : L’insurrection. J’ai juste hâte que le film sorte enfin au cinéma, pas vous? (Vous pouvez retrouver mon avis sur le livre à ce LIEN).

Et en bonus, un petit extrait concernant Tris et Quatre.

Enjoy!

Final Trailer

Tris/Quatre

 

Publicités

Into the Woods aux Oscars 2015

Le film Into the Woods de Rob Marshall (dont voici mon avis sur le FILM et sur la BO) n’a obtenu aucunes récompenses lors de la cérémonie des Oscars qui s’est déroulée hier. Je rappelle qu’il concourrait dans les catégories Meilleure actrice dans un second rôle pour Meryl Streep, Meilleurs décors et Meilleurs costumes.

Malgré tout, on a pu voir deux moments plutôt drôles lors de cette cérémonie. Le premier est la photo qui circule de Meryl Streep, Bradley Cooper et Clint Eatswood avec une statuette en Lego.

merylstreeposcars2015newsfilms

La seconde est la présence d’Anna Kendrick, dans son costume de Cendrillon , sur la scène au côté de Neil Patrick Harris et Jack Black.

annakendrickoscars2015newsfilms

 

 

Alice Oseman – L’année Solitaire

aliceosemanlanneesolitairelivres

Résumé

C’est l’histoire de… Tori. Michael. Becky. Lucas. Charlie. Et de l’année où tout a changé.
– Mais t’es qui, toi ?
Il se fige devant moi et annonce d’une voix caverneuse :
– Je m’appelle Michael Holden.
Michael Holden.
– Et toi, qui es-tu, Victoria Spring ?
Je ne trouve rien à répondre, parce que c’est précisément ce que je répondrais : rien. Je suis du néant. Du vide. Je ne suis rien.
Soudain, la voix du proviseur retentit et je me tourne vers le haut-parleur.
Quand le silence revient, je baisse le regard et la salle est vide. J’ouvre mon poing et dans ma main, il y a le Post-it SOLITAIRE.CO.UK. Je ne sais pas à quel moment il est passé de celle de Michael Holden à la mienne, mais c’est un fait.
Ça doit être là que tout a commencé.

(Source Livraddict)

Mon avis

Je remercie les éditions Nathan et Lire en Live de m’avoir envoyé ce roman.

« L’année solitaire » est le premier roman d’une jeune auteure de 18 ans, Alice Oseman. Dans ce roman, on suit Tori, une lycéenne anglaise, tourmentée et en proie à des questions existentielles, dans sa vie quotidienne mais surtout dans son lycée. Elle s’y ennuie fermement jusqu’au jour où elle suit un chemin de Post-it qui la mènera dans une salle informatique et où elle fera la rencontre de Michael Holden.

Je ne sais pas trop quoi penser de ce roman : j’ai beaucoup apprécié Tori même si je ne me suis absolument pas identifiée à elle. Elle n’est pas ce qu’on pourrait décrire comme une jeune fille heureuse. Loin de là ! Sa vie de famille est assez compliquée : son frère Charlie souffre de boulimie (ou d’anorexie, je sais plus) et sa relation avec sa mère est presque inexistante.

Dans l’ensemble, les personnages sont sympathiques. Que ce soit sa meilleure amie, Becky, un peu fofolle et déjantée ; son ex meilleur ami, Lucas, qui renoue des liens avec elle après s’être perdus de vue ; Michael Holden, lui, est un personnage énigmatique et complètement décalé par rapport à ses camarades. Il est aussi tourmenté que Tori et c’est ce qui les rapprochera.

Enfin, il y a le frère de Tori, Charlie et son petit ami Nick. Charlie souffre d’une maladie et a du mal à manger (par peur de grossir ?) et Nick est un peu son pilier.

A part, les personnages, je n’ai pas vraiment compris l’histoire. Hormis le fait qu’elle et Michael enquêtent sur l’identité du mystérieux Solitaire qui bouscule le quotidien morne du lycée et qui semble être lié à Tori, l’histoire est plutôt banale : celle d’adolescents durant leurs adolescences. Rien de plus !

Lire pendant 400 pages que Tori n’aime pas la vie, que personne ne la comprend, qu’elle n’aime pas lire, ni écouter de la musique… bah ça m’a un peu plombé le moral ^^

Bref, même si c’est bien écrit, que j’avais envie de savoir qui se cache derrière Solitaire, rien d’autre ne m’a vraiment plu au point de dévorer ce roman. La relation Tori/Michael ne m’a pas plus emballée que ça et j’ai déjà donné de ma personne durant ma période d’adolescente en colère donc je passe mon tour.

Je ne sais pas trop quoi écrire de plus sur ce roman. Je remercie quand même les éditions Nathan – Lire en live pour ce roman qui n’était clairement pas fait pour moi.

Stephen Sondheim & VA – Into the Woods : Original Motion Picture Soundtrack (Deluxe Edition)

intothewoodsdeluxeeditionsmusiques

CD 1

  1. Prologue : Into the Woods – Company Into the woods (14:35)
  2. Cinderella at the Grave – Joanna Riding (1:41)
  3. Hello, Little Girl – Johnny Depp & Lilla Crawford (2:32)
  4. Rapunzel’s Song – Mackenzie Mauzy (0:56)
  5. The Cape as Red as Blood – Stephen Sondheim (0:42)
  6. The Cow as White as Milk – Emily Blunt & James Corden (0:30)
  7. Magic Beans – Stephen Sondheim (1:27)
  8. Rapunzel’s Hair – Stephen Sondheim (1:24)
  9. Granny’s Cottage – Stephen Sondheim (1:37)
  10. I Know Things Now – Lilla Crawford (2:05)
  11. The Beanstalk Grows – Stephen Sondheim (0:29)
  12. Cinderella Runs – Stephen Sondheim (0:54)
  13. A Very Nice Prince – Anna Kendrick & Emily Blunt (1:32)
  14. Giants in the Sky – Daniel Huttlestone (2:27)
  15. “Who Cares!” – Stephen Sondheim (0:31)
  16. Baker and Wife Part – Stephen Sondheim (0:34)
  17. Princes’ Fanfare – Stephen Sondheim (0:17)
  18. Agony – Chris Pine & Billy Magnussen (2:33)
  19. The Forbidden Tower – Stephen Sondheim (2:20)
  20. “May I Compare this Ear of Corn?” – Stephen Sondheim (0:48)
  21. It Takes Two – Emily Blunt & James Corden (2:31)
  22. Two Midnights Gone – Stephen Sondheim (0:35)
  23. One Day Left – Stephen Sondheim (0:59)
  24. Stay With Me – Meryl Streep (3:15)
  25. Jack Chops Down the Beanstalk – Stephen Sondheim (1:23)
  26. On the Steps of the Palace – Anna Kendrick (3:15)
  27. “She Wont Get Far With One Shoe” – Stephen Sondheim (0:59)
  28. Searching for Cinderella – Stephen Sondheim (1:07)
  29. Careful My Toe – Christine Baranski, Tammy Blanchard & Lucy Punch (1:11)
  30. The Slipper Fits – Stephen Sondheim (1:13)
  31. Rapunzel’s Tear – Stephen Sondheim (1:20)
  32. “This Cow Is Covered With Flour” – Stephen Sondheim (0:50)
  33. Almost Midnight – Stephen Sondheim (1:08)
  34. The Witch’s Transformation – Stephen Sondheim (1:35)

CD 2

  1. Ever After (Instrumental) – Stephen Sondheim (1:16)
  2. Back Into the Woods – Stephen Sondheim (0:50)
  3. Find the Boy – Stephen Sondheim (1:32)
  4. Witch’s Lament – Meryl Streep (1:16)
  5. Any Moment – Chris Pine & Emily Blunt (1:41)
  6. Moments in the Woods – Emily Blunt (3:08)
  7. Your Fault – Daniel Huttlestone, James Corden, Lilla Crawford, Meryl Streep & Anna Kendrick (1:57)
  8. Last Midnight – Meryl Streep (3:35)
  9. No More (Instrumental) – Stephen Sondheim (2:38)
  10. The Far Away Prince – Stephen Sondheim (1:05)
  11. No One Is Alone – Anna Kendrick, James Corden, Lilla Crawford & Daniel Huttlestone (2:59)
  12. The Giant Attack – Stephen Sondheim (2:13)
  13. Finale/Children Will Listen, Pt. 1 – James Corden, Emily Blunt, Meryl Streep & Company ( 3:33 )
  14. Finale/Children Will Listen, Pt. 2 – Company Into the Woods (1:45)
  15. Stay With Me (Instrumental) – Stephen Sondheim (2:39)
  16. Last Midnight (Instrumental) – Stephen Sondheim (3:45)

Mon avis

La comédie musicale de Stephen Sondheim et James Lapine, datant de 1986, est enfin adaptée au cinéma par l’excellent Rob Marshall (Voir mon avis sur le film à ce LIEN).

La version de Broadway est excellente mais les comédiens et comédiennes qui interprètent ses chansons sont très talentueux et n’ont rien à envier aux interprètes originaux. Je savais que Meryl Streep chantait bien, l’ayant vu dans Mamma Mia! Idem pour le jeune Daniel Huttlestone que j’avais adoré dans le rôle de Gavroche dans l’adaptation cinématographique de la comédie musicale Les Misérables. Mais j’ai particulièrement était bluffé par Emily Blunt, Anna Kendrick et Chris Pine. Le reste du casting est excellent mais ces trois-là, dès lors que j’ai su qu’ils joueraient dans ce film, je ne me doutais à aucun moment qu’ils étaient si doués en chant.

Le Prologue débute avec une exposition des différents personnages : Le Boulanger et sa femme, Cendrillon, le Petit Chaperon Rouge, Jack et sa mère, la Sorcière… Tous exposent dans cette chanson leurs vœux les plus chers : celui d’avoir un enfant, d’aller au bal organisé par le Roi, de voir leur vache produire plus de lait… 14mn35 de pur régal et la base du scénario est posée. Le Narrateur raconte les différentes histoires qui, à un moment donné, s’imbriqueront l’une dans l’autre pour n’en former qu’une seule.

Le reste de l’album se poursuit, incluant des morceaux de musiques instrumentaux dont les thèmes sont facilement identifiables et imaginer à quelles scènes ils appartiennent est aisé (je pense à Ever after ou encore The Giant’s Attack).

Mais l’histoire d’Into the Woods n’est absolument pas gnan gnan du genre « Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Non. James Lapine et Stephen Sondheim sont plus malicieux et les personnages ont des personnalités différentes de leurs contes respectifs. Aussi, le Prince de Cendrillon est très séducteur ; la Sorcière moins méchante qu’elle n’y paraît…et malgré leurs souhaits exaucés, tous se rendront compte qu’au final, rien de tous cela n’était réellement important. Ecrit comme cela, cela semble très sombre (et ça l’est d’une certaine manière) mais il y a toute même de l’humour dans cette comédie. Jack et le Petit Chaperon Rouge se taquinent ; le Prince de Cendrillon n’a pas grand-chose dans la cervelle… Le morceau qui me plaît particulièrement est Your fault où chaque protagoniste rejette la faute sur l’autre concernant les terribles événements qui se passent dans le royaume. Il est suivit par la chanson Last Midnight et Meryl Streep est juste grandiose, bluffante, époustouflante. Sa voix me donne des frissons à chaque fois que je l’entends. Ne ratez pas, également, Stay With Me : la chanson est incroyablement addictive.

L’album, dans son intégralité, est excellent : des morceaux comme No one is alone, Agony, I know things now ou Hello, Little Girl (Johnny Depp est un Loup parfait. Les paroles de la chanson sont magiques : There’s no possible way to describe what you feel when you’re talking to your meal!). Ils sont terriblement entraînants et restent en tête et il est difficile de s’en débarrasser une fois que la mélodie est ancrée dans votre tête.

 

 

L’image du dimanche : un dimanche en musique

L’année dernière, j’ai découvert, comme certains d’entre vous je suppose, Lindsey Stirling, cette incroyable et très talentueuse violoniste américaine avec son morceau Shatter me (feat. Lzzy Hale). 

Et bien aujourd’hui, je vous mets trois vidéos de la demoiselle et Peter Hollens, un chanteur tout aussi talentueux, reprenant les thèmes très connus de la série Game of Thrones et du jeu vidéo Skyrim.

La dernière vidéo est le clip de Roundtable Rival : chanson extraite de son dernier album. Le clip est excellent ^^

Bon visionnage 🙂

Peter Hollens & Lindsey Stirling – Game of Thrones

Peter Hollens & Lindsey Stirling – Skyrim

Lindsey Stirling – Roundtable Rival

Thomas More – L’utopie

thomasmorelutopielivres

Résumé

 » Malheur au pays où l’avarice et les affections privées siègent sur le banc des magistrats !  » Ce cri aux résonances si modernes, c’est en 1516 que le lance Thomas More, juriste au service de la couronne d’Angleterre alors portée par Henri VIII. Triste sire, triste règne… Abus, corruption, racket, injustices, iniquité des lois… La société féodale offre un tableau d’une violence révoltante aux âmes éprises d’humanité. More rêve alors d’un autre monde… Une république exemplaire où la propriété individuelle et l’argent seraient abolis, une république de citoyens vertueux, amoureux de sagesse et de paix. Ce pays merveilleux, c’est l’Utopie. Seuls les philosophes, hélas, ou les fous, sont capables d’y croire…

(Source Fnac)

Mon avis

Il est plutôt rare que je lise autre chose que des romans mais parfois, se plonger dans un livre un peu plus philosophique ne peut me faire de mal.

« L’utopie » est un texte de Thomas More, philosophe anglais du XVIème siècle qui décrit une république imaginaire où chacun, sur cette île, serait égaux et posséderaient la même chose que son voisin (c’est-à-dire peu de biens matériels : l’argent n’ayant aucune valeur pour ce peuple).

L’auteur décrit comment fonctionne cette république : les différents métiers, les lois, les religions…Comment se peuple prospère-il alors que l’argent n’a pas la même valeur à leurs yeux ?

Bref, l’auteur dépeint une société idéale où l’injustice et la misère n’existent pas.

Bien que j’approuve certains points de ce récit et de ce mode de vie (le partage équitable des denrées alimentaires, de tâche d’utilité publique tel que les travaux agricoles ou l’entretien des villes), d’autres points ne me conviennent pas forcément. Certaines lois concernant l’adultère ou les crimes sont un peu excessives et la peine de mort est de mise pour certains criminels bien que les Utopiens préfèrent l’esclavage. En effet, il est plus utile de conserver un homme en vie et de le faire travailler plutôt que de le tuer.

Je ne suis donc pas d’accord avec certains points de cette république mais j’ai une vision de la vie du XXème siècle. Or, Thomas More publie son texte en 1516 et pour cette époque, ce récit est particulièrement moderne : il encourage l’égalité homme/femme où ces dernières auraient le droit de travailler, de faire la guerre ; il critique l’enrichissement et l’avarice des nobles qui ne travaillent pas ; l’appauvrissement des gens honnêtes et travailleurs ; il rêve d’un pays dont les habitants pourraient croire en des religions différentes sans qu’il n’y ait de guerre parmi ces croyants.

Bref, ce mode de vie est impossible à instaurer à notre époque. Mais l’auteur nous décrit si bien ce peuple désintéressé et juste que l’on souhaiterait presque que leur société soit réelle.

Vincent Villeminot et Yann Autret – Ma famille normale contre… (Tome 1 et 2)

vincentvilleminotmafamillenormalecontreleszombieslivres

Tome 1 : Ma famille normale contre les zombies

Résumé

Je m’appelle Madoloup, et je suis une fille normale. Alors je n’avais pas prévu de me casser le coude le jour de mon arrivée en vacances. Mais ce n’est pas là que les choses ont vraiment dérapé. Non. C’est plutôt quand les goélands sont devenus fous. Qu’ils se sont mis à attaquer les gens. Qu’ils ont contaminé ma petite sœur. Qu’on a appris qu’il s’agissait d’une épidémie de Virus Zombie. Que mon père a décapité Papy. Et qu’on s’est retrouvés assiégés par dix mille morts vivants qui voulaient rentrer par les toilettes…

(Source Nathan)

Mon avis

Voilà un roman qui a été une véritable surprise et je remercie les éditions Nathan – Lire en live de me l’avoir fait découvrir.

Il s’agit du nouveau roman, illustré cette fois (avec de sublimes dessins de Yann Autret) de Vincent Villeminot, l’excellent auteur de la trilogie Instinct ou de Réseau(x).

L’histoire est celle de Madoloup et de sa famille complètement déjantée. Ils partent en vacance pour la Bretagne chez les grands-parents. Hélas, rien ne va se passer comme prévue car des mouettes/zombies vont attaquer les humains et répandre parmi eux un virus qui les transformera en mort-vivants à leur tour.

Bourré d’humour, ce roman décalé m’a fait passer un excellent moment : les différents caractères des personnages sont assez loufoques et il est quasiment impossible de réprimer un fou rire. Spécialement en ce qui concerne le frère de Madoloup : une espèce de geek hyper intelligent qui est un peu le cerveau de la famille et le père, Vanzan, qui, me semble-t-il, est calqué sur l’auteur lui-même.

Je trouve les dessins magnifiques : les personnages particulièrement sont bien croqués (les zombies, quant à eux, sont bien gores ^^).

Je n’ai eu que la version non corrigée donc je n’ai pas eu toutes les illustrations mais je n’hésiterais pas à me procurer ce roman graphique parce que j’adore le style des dessins (moi qui ne lit pas souvent de BD ou autres romans graphiques). De plus, j’espère qu’il y aura une suite des aventures de la famille de Madoloup parce qu’ils sont super attachants et drôles.

En conclusion, je vous recommande vivement ce superbe roman graphique dont l’histoire extravagante, les personnages déjantés et les sublimes illustrations ne manqueront pas de vous plaire.

P.S :  J’ai adoré le petit clin d’œil à la saga Instinct.

vincentvilleminotmafamillenormalecontrelesyétislivres

Tome 2 : Ma famille normale contre les yétis

Résumé

Quand ma famille normale est rentrée chez elle à la montagne… elle est tombée sur des yétis !
L’épidémie de virus Zombie faisant des ravages sur la côte bretonne, ma famille (normale) et moi (Madoloup) sommes rentrés chez nous à la montagne, près du lac Léman. Nous espérions y couler des jours normaux. Mais ma petite sœur Louve, désormais zombie, contamine très vite la région (nous n’aurions peut-être pas dû la laisser aller à la maternelle…) et nous voilà obligés de nous réfugier dans les hauteurs alpines. Le problème c’est que, là-haut, nous tombons… sur une horde de yétis.

(Source Nathan)

Mon avis

Je remercie les éditions Nathan de m’avoir gentiment envoyé cette suite des aventures de la famille de Madoloup.

Dans ce second tome, Madoloup et sa famille déjantée rentrent de leur vacance mouvementée en Bretagne. Louve, désormais devenue Zombie, fait sa rentrée des classes en maternelle… et contamine certains élèves de sa classe. Du coup, l’épidémie de zombies sévit à nouveau et la famille est obligée de se retirer dans la montagne.

J’avais adoré le premier tome de cette série littéraire qui, je l’espère, comptera beaucoup d’autres tomes à l’avenir. On retrouve donc Madoloup ; ses sœurs cadettes Sarouchka (qui veut devenir une super-héroïne) et Louve-Zombie (qui mord tout ce qui passe à portée de sa bouche) ; son père VanZan et sa mère La Petite Personne, qui sont franchement à tordre de rire parfois et son frère aîné, ThéoPaïle. Cette fois-ci, ce ne sont plus des mouettes-zombies qu’ils doivent combattre mais, outre les humains, des castors-zombies et comme le titre l’indique des Yétis-Zombies.

Il n’y a pas une seule page où je n’ai pas ri en lisant ce roman graphique : que ce soit pour les situations grotesques ou les répliques franchement marrantes, ce bouquin a été un gros coup de cœur et qui, je trouve, est bien meilleur que le premier. Les scènes d’action sont spectaculaires (du genre impossible vous voyez ^^)  et le dénouement tellement farfelu… Bref, ce fut un énorme coup de cœur.

Les magnifiques illustrations du coauteur, Yann Autret, sont agréables à découvrir et l’humour de Vincent Villeminot est toujours aussi tordant. Le gros point positif de ce roman est bien évidemment les personnages (certaines illustrations sont vraiment magnifiques) et la relation spéciale qu’ils entretiennent. Une famille aussi décalée ne peut exister que dans les romans !

De plus, les auteurs ont eu l’idée géniale de disséminer des minis-jeux dans le bouquin pour permettre aux lecteurs d’être acteur de ce roman. Je me suis régalée à les compléter, croyez-moi.

En conclusion, je vous conseille mille fois ce roman, cet excellent roman graphique de Vincent Villeminot et Yann Autret (qui me donne de plus en plus envie de me plonger et découvrir le monde de la bande dessinée). Les dessins sont sublimes, les répliques hilarantes et surtout les personnages si drôles et attachants qu’on dévore ce roman d’une traite. L’ambiance mi-angoissante, mi-hilarante donne au roman une touche décalée, bien accentuée par la folie des personnages et l’improbabilité de l’histoire (des yétis…dans les montagnes de France, non mais franchement !). Foncez, vous ne serez pas déçus.