Maléfique réalisé par Robert Stromberg

Maléfique réalisé par Robert Stromberg

Maléfique affiche

Fiche Technique

Producteur : Joe Roth, Angelina Jolie (Productrice délégué)

Réalisateur : Robert Stromberg
Scénariste : Linda Woolverton, Paul Dini, John Lee Hancock, d’après les œuvres de Charles Perrault ; Jacob et Wilhelm Grimm ; Erdman Penner, Joe Rinaldi, Winston Hibler, Bill Peet, Ted Sears, Ralph Wright, Milt Banta

Distributeur : The Walt Disney Company France

Distribution – Angelina Jolie : Maléfique

Elle Fanning : Princesse Aurore

Brenton Thwaites : Prince Philippe

Sharlto Copley : Roi Stephane

Miranda Richardson : Reine Ulla

Juno Temple : Thistlewit

Imelda Staunton : Knotgrass

Lesley Manville : Flittle

Sam Riley : Diaval

Ella Purnell : Maléfique jeune

Origine : Etats-Unis
Sortie française : 28 mai 2014
Durée : 1h37 
Genre : Fantastique

Synopsis

MALÉFIQUE révèle l’histoire méconnue de la plus emblématique des méchantes Disney, celle du classique LA BELLE AU BOIS DORMANT. C’est la trahison dont elle fut victime qui transforma le coeur pur de cette belle jeune femme en un coeur de pierre…

Ivre de vengeance et poussée par la volonté farouche de défendre les terres sur lesquelles elle règne, Maléfique va lancer un terrible sortilège sur la fille du roi des hommes, la petite Aurore, qui vient de naître. Devenue jeune fille, Aurore est prise dans le conflit qui oppose le royaume de la forêt qu’elle a appris à aimer, et celui des hommes dont elle est l’héritière.

Maléfique va comprendre que la princesse est peut-être la clé de la paix… Le sort des deux mondes est sur le point de changer à jamais.

Mon avis

Maléfique est le prénom de la terrible sorcière qui jeta un sort à Aurore dans la célèbre histoire : La Belle au Bois Dormant.

Mais avant de devenir aussi méchante, Maléfique était une jeune fée, vivant dans un royaume peuplé de créatures fantastiques, voisin de celui des hommes.

L’histoire commence donc ainsi : on nous raconte la jeunesse de Maléfique jusqu’à l’élément qui fit basculer cette petite fée, protectrice de son royaume, dans les ténèbres.

Dans cette version cinématographique du conte de Charles Perrault, les studios Disney revisite avec originalité l’histoire de La Belle au Bois Dormant (dont la version animée, sortie en 1959, est particulièrement réussie) et crée un univers fantastique qui m’a totalement séduite.

Le personnage de Maléfique a été méticuleusement soigné : sa personnalité complexe n’a cessé de me surprendre. Jeune et avant l’événement qui l’a décidé à jeter une malédiction sur la princesse Aurore, cette jeune fille, à l’apparence humaine mais dotée d’une magnifique et gigantesque paire d’ailes, protège son royaume et sa générosité, la simplicité de son mode de vie, sa bonté et sa malice font partie de ces qualités.

Or, elle perd, pas complètement, toute cette humanité lorsque Stephane, un jeune garçon qui viola la frontière de son royaume, la trahit. Son ambition démesurée et l’attrait du pouvoir le pousse à commettre un acte horrible.

Maléfique Angeline JolieMaléfique Elle Fanning

Le réalisateur, Robert Stromberg joue sur ces deux facettes de la personnalité de Maléfique : elles s’imbriquent l’une dans l’autre si bien que, dans toute sa méchanceté, on retrouve le côté taquin de sa jeunesse, ce qui l’a rend grandement plus humaine.

De plus, le contraste physique avant/après est bien reconnaissable : jeune, Maléfique était vêtue de marron (qui rappelle le côté nature de son royaume et ses longs cheveux tombent en cascade dans son dos, au milieu de ses ailes. A l’âge adulte et assoiffée de vengeance, elle est toute de noir vêtue et ses cheveux sont cachés avec soin, si bien que ses cornes, ses pommettes saillantes et la pâleur de sa peau rendent son personnage beaucoup plus effrayant.

L’autre personnage principal est bien évidemment la princesse Aurore. Après que Maléfique lui jeta son sort, le roi confia à trois fées (particulièrement sottes et donc très drôles) de cacher la jeune fille jusqu’à ses 16 ans. On voit donc défiler la vie d’Aurore sous la (non) surveillance de ces marraines. Ces scènes sont les moments marrants du film car on se rend compte de la bêtise des fées qui ne sont absolument pas faites pour élever un enfant. De plus, Maléfique interfèrent dans sa vie et là encore, on se rend compte à quel point elle est taquine et s’humanise au contact de la princesse. Sa froideur, sa méchanceté et son inhumanité disparaissent peu à peu et du coup, cela rend attachante et touchante cette fée maléfique : moi qui était effrayée, étant jeune, par elle dans l’adaptation animé de Disney.

Maléfique 2

Maléfique est interprétée par Angelina Jolie (Salt) que je trouve grandiose et magnifique, parfaite dans son rôle. Elle est à la fois effrayante, froide, émouvante, mutine, méchante : tout cela est joué avec une précision incroyable et elle ne tombe jamais dans l’excès. Vraiment, elle m’a fasciné. Puis physiquement, les équipes chargées des costumes et du maquillage ont fait un travail remarquable : on est à la fois terrifiée et en admiration devant elle. D’ailleurs, j’apprécie qu’elle n’ait pas la peau verte comme dans la version animée. Elle me faisait penser à la Sinistre Sorcière de l’Ouest dans Le Magicien d’Oz.

Elle Fanning (Babel) incarne Aurore, la jeune princesse et le choix est judicieux car son visage poupin, son joli sourire, ses longs cheveux blonds font d’elle une princesse idéale. Joviale, enjouée, émerveillée, elle retranscrit toutes ses émotions avec brio et je trouve que la complicité et le contraste entre son physique et celui d’Angelina Jolie rend particulièrement bien à l’écran.

Le reste des personnages secondaires sont tout aussi intéressants mais complètement éclipsés par le personnage de Maléfique.

Le roi qu’incarne Sharlto Copley (L’agence tout risque), rendu fou par son ambition, sombre peu à peu dans la folie et, chose intéressante, lui qui est censé être le gentil de l’histoire, se retrouve à devenir le méchant et Maléfique, inversement, la gentille. De là, vient la réussite, à mon avis, de ce film : l’empathie que l’on acquiert dès le début du film pour ce personnage qui, on le sait, deviendra la méchante sorcière du conte de Perrault.

Le trio des trois fées, « tantines » de Aurore est juste magique. Imelda Staunton (Harry Potter et l’Ordre du Phénix), Juno Temple (Killer Joe) et Leslie Manville (Another Year) jouent respectivement Knotgrass, Thistlewit et Flittle. Elles ajoutent une touche d’humour qui rend le film un peu moins sombre.

Enfin, Sam Riley (Sur la route) incarne Diaval, un corbeau qui devient le serviteur de Maléfique. Elle lui donne l’apparence d’un humain (ou autre créatures) à sa guise. Quant à Brenton Thwaites (Oculus), il joue le prince Philippe. Un prince pas très convaincant, d’ailleurs.

Maléfique1Maléfique3

Le film est très beau visuellement même si la 3D n’apporte rien de plus à l’histoire. Très colorés, les paysages sont simplement magnifiques. Les créatures fantastiques oscillent entre un aspect enfantin et quelque chose de plus sombre, de plus dark.

Quant à la musique, je la trouve sublime : là aussi, elle est à la fois enfantine et sombre et elle ajoute au côté fantastique du film, un petit plus.

Et puis au générique de fin, je n’ai pu réprimer un petit frisson lorsque j’ai entendu la voix de Lana Del Rey chantant « Once upon a dream ».

Conclusion

J’ai énormément appréciée cette nouvelle version du conte de Perrault qui diffère complètement de l’histoire originale qui est beaucoup plus optimiste que le conte dont elle est inspirée. D’ailleurs ni les prénoms Maléfique (dont j’aurais aimé connaître l’origine), Stephane, Philippe, ni aucun autre nom ne provient du conte La Belle au Bois Dormant de Charles Perrault mais du long métrage animé des studios Disney. Seul le prénom Aurore existe dans le conte mais il s’agit de la fille de la Belle au Bois Dormant et de son prince. 

Comme avec le film animé La Reine des Neiges de Chris Buck et Jennifer Lee, la morale de fin est modernisée : c’est fini le temps où la princesse attend que son prince charmant viennent la sauver. Ici aussi, la fin est modifiée (ce qui est nettement mieux) et je suis très satisfaite de cette fin qui me convient parfaitement.

C’est un film à voir, que vous soyez petits ou grands, l’histoire de Maléfique ne manquera pas de vous toucher et de vous surprendre.

On s’en fout mais je l’écris quand même

J’avoue, j’ai adoré Angelina Jolie dans ce film et deux scènes m’ont particulièrement émues : la première est l’élément qui a déclenché la colère de Maléfique et son désir de vengeance et la seconde est le petit côté monologue de fin de Maléfique devant une Aurore endormie. Dans ces deux scènes, l’actrice m’a complètement ébloui et touché.

On peut également noter que les enfants d’Angelina Jolie : Zahara, Pax et Vivienne font une apparition dans le film. Vivienne interprète la princesse Aurore dans sa jeunesse.

Maléfique2Maléfique affiche 2

Anecdotes

– Les enfants d’Angelina Jolie et Brad Pitt: Vivienne Jolie-Pitt, Zahara Jolie-Pitt et Pax Jolie-Pitt joueront dans le film. Vivienne Jolie-Pitt devrait jouer une version plus jeune de la Princesse Aurore.

– La musique est signée par James Newton Howard (King Kong). Lana Del Rey fait également partie de la Bande Originale.

– Judi Dench (Philomena) et Emma Thompson (Dans l’ombre de Mary) ont été envisagées pour interpréter les fées, marraines de la Princesse Aurore.

– John Lee Hancock, qui a co-écrit le scénario de ce film, est le réalisateur d’un autre film de Disney, Dans l’ombre de Mary.

Et la nouvelle bande annonce : 

Publicités

4 réflexions sur “Maléfique réalisé par Robert Stromberg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s