Oscars 2014 : Hommage pour le 75ème anniversaire du film Le Magicien d’Oz

Le magicien d'oz

Les producteurs de la 86ème cérémonie des Oscars (qui se déroulera le 2 mars prochain), Neil Meron et  Craig Zadan, ont annoncés qu’ils rendraient hommage au film Le Magicien d’Oz, sortit en 1939, pour célébrer le 75ème anniversaire du film.

L’histoire est celle de Dorothy, une jeune fille habitant le Kansas, qui se retrouve projetée dans le Pays d’Oz avec sa maison, à la suite d’une tornade. En tombant, la maison écrasa la Sinistre Sorcière de l’Est et, pour se venger, sa sœur, la Sinistre Sorcière de l’Ouest va tenter de s’en prendre à Dorothy.

En compagnie d’un épouvantail à la recherche d’une cervelle ; d’un Homme de Fer Blanc, à la recherche d’un cœur et d’un Lion, à la recherche de courage, la jeune fille va se rendre à Emerald City où vit le Magicien d’Oz qui est le seul capable de la ramener chez elle.

Pour rappel, le film était en lice dans les catégories Meilleur Film, Meilleure Musique, Meilleure Chanson Originale, Meilleure Direction Artistique, Meilleure Photographie et Meilleurs Effets Visuels lors de la 12ème cérémonie des Oscars, en 1940. Autant en emporte le vent ayant remporté la statuette dans la catégorie Meilleur Film, Le Magicien d’Oz remporta tout de même deux trophées : celui de la Meilleure Musique et de la Meilleure Chanson Originale pour Over the Rainbow. De plus, Judy Garland obtint l’Oscar de la Jeunesse (catégorie qui n’existe plus) pour son interprétation de Dorothy Gale.

Ce film est un de mes préférés. L’ayant vu à l’âge de 4 ou 5 ans (en VO s’il vous plait : je ne l’ai, d’ailleurs, jamais regardé en français ^^), depuis je suis amoureuse de ce film : de l’histoire, des personnages, des chansons… Ce film est un classique, qui a bien résisté au temps, je trouve.

Je vous laisse apprécier la bande annonce. Moi, je ne m’en lasse pas. 

Une nouvelle photo du film Divergente dévoilée

Divergente stills

Une nouvelle photo du film Divergente vient d’être dévoilée. On y voit Tris et Quatre, bien amochés et très proche l’un de l’autre. Elle est magnifique.

Merci Dawn Shadow Hunter.

Pour rappel, voici le lien vers les posters officiels des personnages (ICI) et vers le dernier trailer, en ligne depuis plusieurs mois (ICI)

Je vous rajoute également une petite sélection de photos du film :

Divergente Tris et tobias entrainementDivergente Jeanine Matthews

Divergente Tris, Will et ChristinaDIVERGENT

Divergente Tris et QuatreSHAILENE WOODLEY stars in DIVERGENT

Divergente Tris toitDivergente Tris et Tobias roue

Lana Del Rey présente dans la BO de Maléfique

Voici la chanson Once Upon A Dream, interprétée par Lana Del Rey et qui sera présente sur la bande originale du film Maléfique.

Pour ma part, je ne suis pas fan de la chanteuse mais sur cette chanson, j’aime beaucoup et puis j’apprécie les images du film, disponible dans la vidéo.

Le dvd Hunger Games 2 : L’embrasement sort le 27 mars

Hunger Games DVD

On a enfin la date de sortie du Dvd et Blu-Ray du film Hunger Games 2: L’embrasement. Et ce sera pour le 27 mars.

Voici les différentes éditions :

Le Dvd :

–          Le film

–          Le commentaire audio du réalisateur, Francis Lawrence et de la productrice, Nina Jacobson

–          Les interviews de l’équipe du film à Paris.

Le Blu-Ray (2 disques):

Disque 1 : Le film

Disque 2 : Plus de 4h de suppléments

– Le making of du film en 9 parties (145 minutes): la suite de la saga ; la construction d’un univers ; les acteurs ; costumes, maquillages et coiffures ; le tournage à Atlanta ; les cascades et les armes ; le tournage à Hawaï ; la post-production ; la suite des opérations.

– Au coeur du District 12: La Plaque.

– Les 5 scènes coupées.

– Le commentaire audio du réalisateur, Francis Lawrence et de la productrice, Nina Jacobson.

– Les interviews de l’équipe du film à Paris.

Edition limitée en combo Blu-Ray + DVD (6 disques):

Disque 1 : Le film en DVD

Disque 2 : Les suppléments en DVD

Disque 3 : Le film en Blu-Ray

Disque 4 : Les suppléments en Blu-Ray

Disque 5 : Le film en Blu-Ray IMAX

Disque 6 : Le CD de la bande originale du film

Le livret 12 pages inédites. 

Les suppléments (près de 5 heures de bonus)

– Le making of du film en 9 parties (145 min.) : La suite de la sage ; La construction d’un univers ; Les acteurs ; Costumes, maquillages et coiffures ; Le tournage à Atlanta ; Les cascades et les armes ; Le tournage à Hawaï ; La post-production ; La suites des opérations.

– Au Cœur du District 12 : La Plaque.

– Les 5 scènes coupées.

– Le commentaire audio du réalisateur, Francis Lawrence et de la productrice, Nina Jacobson.

– Les interviews de l’équipe du film à Paris.

Pour les prix :

Dvd : 19,99€

Blu-Ray : 24,99€

Edition limitée : 39,99€

Bi-pack dvd (Hunger Games + Hunger Games 2 : l’embrasement) : 24,99€

Bi-pack Blu-Ray (Hunger Games + Hunger Games 2 : l’embrasement) : 34,99€

(Source Page Facebook Officielle du film Hunger Games France)

Retrouver cet article sur Place to Be.

Maléfique réalisé par Robert Stromberg

Maléfique réalisé par Robert Stromberg

Maléfique affiche

Fiche Technique

Producteur : Joe Roth, Angelina Jolie (Productrice délégué)

Réalisateur : Robert Stromberg
Scénariste : Linda Woolverton, Paul Dini, John Lee Hancock, d’après les œuvres de Charles Perrault ; Jacob et Wilhelm Grimm ; Erdman Penner, Joe Rinaldi, Winston Hibler, Bill Peet, Ted Sears, Ralph Wright, Milt Banta

Distributeur : The Walt Disney Company France

Distribution – Angelina Jolie : Maléfique

Elle Fanning : Princesse Aurore

Brenton Thwaites : Prince Philippe

Sharlto Copley : Roi Stephane

Miranda Richardson : Reine Ulla

Juno Temple : Thistlewit

Imelda Staunton : Knotgrass

Lesley Manville : Flittle

Sam Riley : Diaval

Ella Purnell : Maléfique jeune

Origine : Etats-Unis
Sortie française : 28 mai 2014
Durée : 1h37 
Genre : Fantastique

Synopsis

MALÉFIQUE révèle l’histoire méconnue de la plus emblématique des méchantes Disney, celle du classique LA BELLE AU BOIS DORMANT. C’est la trahison dont elle fut victime qui transforma le coeur pur de cette belle jeune femme en un coeur de pierre…

Ivre de vengeance et poussée par la volonté farouche de défendre les terres sur lesquelles elle règne, Maléfique va lancer un terrible sortilège sur la fille du roi des hommes, la petite Aurore, qui vient de naître. Devenue jeune fille, Aurore est prise dans le conflit qui oppose le royaume de la forêt qu’elle a appris à aimer, et celui des hommes dont elle est l’héritière.

Maléfique va comprendre que la princesse est peut-être la clé de la paix… Le sort des deux mondes est sur le point de changer à jamais.

Mon avis

Maléfique est le prénom de la terrible sorcière qui jeta un sort à Aurore dans la célèbre histoire : La Belle au Bois Dormant.

Mais avant de devenir aussi méchante, Maléfique était une jeune fée, vivant dans un royaume peuplé de créatures fantastiques, voisin de celui des hommes.

L’histoire commence donc ainsi : on nous raconte la jeunesse de Maléfique jusqu’à l’élément qui fit basculer cette petite fée, protectrice de son royaume, dans les ténèbres.

Dans cette version cinématographique du conte de Charles Perrault, les studios Disney revisite avec originalité l’histoire de La Belle au Bois Dormant (dont la version animée, sortie en 1959, est particulièrement réussie) et crée un univers fantastique qui m’a totalement séduite.

Le personnage de Maléfique a été méticuleusement soigné : sa personnalité complexe n’a cessé de me surprendre. Jeune et avant l’événement qui l’a décidé à jeter une malédiction sur la princesse Aurore, cette jeune fille, à l’apparence humaine mais dotée d’une magnifique et gigantesque paire d’ailes, protège son royaume et sa générosité, la simplicité de son mode de vie, sa bonté et sa malice font partie de ces qualités.

Or, elle perd, pas complètement, toute cette humanité lorsque Stephane, un jeune garçon qui viola la frontière de son royaume, la trahit. Son ambition démesurée et l’attrait du pouvoir le pousse à commettre un acte horrible.

Maléfique Angeline JolieMaléfique Elle Fanning

Le réalisateur, Robert Stromberg joue sur ces deux facettes de la personnalité de Maléfique : elles s’imbriquent l’une dans l’autre si bien que, dans toute sa méchanceté, on retrouve le côté taquin de sa jeunesse, ce qui l’a rend grandement plus humaine.

De plus, le contraste physique avant/après est bien reconnaissable : jeune, Maléfique était vêtue de marron (qui rappelle le côté nature de son royaume et ses longs cheveux tombent en cascade dans son dos, au milieu de ses ailes. A l’âge adulte et assoiffée de vengeance, elle est toute de noir vêtue et ses cheveux sont cachés avec soin, si bien que ses cornes, ses pommettes saillantes et la pâleur de sa peau rendent son personnage beaucoup plus effrayant.

L’autre personnage principal est bien évidemment la princesse Aurore. Après que Maléfique lui jeta son sort, le roi confia à trois fées (particulièrement sottes et donc très drôles) de cacher la jeune fille jusqu’à ses 16 ans. On voit donc défiler la vie d’Aurore sous la (non) surveillance de ces marraines. Ces scènes sont les moments marrants du film car on se rend compte de la bêtise des fées qui ne sont absolument pas faites pour élever un enfant. De plus, Maléfique interfèrent dans sa vie et là encore, on se rend compte à quel point elle est taquine et s’humanise au contact de la princesse. Sa froideur, sa méchanceté et son inhumanité disparaissent peu à peu et du coup, cela rend attachante et touchante cette fée maléfique : moi qui était effrayée, étant jeune, par elle dans l’adaptation animé de Disney.

Maléfique 2

Maléfique est interprétée par Angelina Jolie (Salt) que je trouve grandiose et magnifique, parfaite dans son rôle. Elle est à la fois effrayante, froide, émouvante, mutine, méchante : tout cela est joué avec une précision incroyable et elle ne tombe jamais dans l’excès. Vraiment, elle m’a fasciné. Puis physiquement, les équipes chargées des costumes et du maquillage ont fait un travail remarquable : on est à la fois terrifiée et en admiration devant elle. D’ailleurs, j’apprécie qu’elle n’ait pas la peau verte comme dans la version animée. Elle me faisait penser à la Sinistre Sorcière de l’Ouest dans Le Magicien d’Oz.

Elle Fanning (Babel) incarne Aurore, la jeune princesse et le choix est judicieux car son visage poupin, son joli sourire, ses longs cheveux blonds font d’elle une princesse idéale. Joviale, enjouée, émerveillée, elle retranscrit toutes ses émotions avec brio et je trouve que la complicité et le contraste entre son physique et celui d’Angelina Jolie rend particulièrement bien à l’écran.

Le reste des personnages secondaires sont tout aussi intéressants mais complètement éclipsés par le personnage de Maléfique.

Le roi qu’incarne Sharlto Copley (L’agence tout risque), rendu fou par son ambition, sombre peu à peu dans la folie et, chose intéressante, lui qui est censé être le gentil de l’histoire, se retrouve à devenir le méchant et Maléfique, inversement, la gentille. De là, vient la réussite, à mon avis, de ce film : l’empathie que l’on acquiert dès le début du film pour ce personnage qui, on le sait, deviendra la méchante sorcière du conte de Perrault.

Le trio des trois fées, « tantines » de Aurore est juste magique. Imelda Staunton (Harry Potter et l’Ordre du Phénix), Juno Temple (Killer Joe) et Leslie Manville (Another Year) jouent respectivement Knotgrass, Thistlewit et Flittle. Elles ajoutent une touche d’humour qui rend le film un peu moins sombre.

Enfin, Sam Riley (Sur la route) incarne Diaval, un corbeau qui devient le serviteur de Maléfique. Elle lui donne l’apparence d’un humain (ou autre créatures) à sa guise. Quant à Brenton Thwaites (Oculus), il joue le prince Philippe. Un prince pas très convaincant, d’ailleurs.

Maléfique1Maléfique3

Le film est très beau visuellement même si la 3D n’apporte rien de plus à l’histoire. Très colorés, les paysages sont simplement magnifiques. Les créatures fantastiques oscillent entre un aspect enfantin et quelque chose de plus sombre, de plus dark.

Quant à la musique, je la trouve sublime : là aussi, elle est à la fois enfantine et sombre et elle ajoute au côté fantastique du film, un petit plus.

Et puis au générique de fin, je n’ai pu réprimer un petit frisson lorsque j’ai entendu la voix de Lana Del Rey chantant « Once upon a dream ».

Conclusion

J’ai énormément appréciée cette nouvelle version du conte de Perrault qui diffère complètement de l’histoire originale qui est beaucoup plus optimiste que le conte dont elle est inspirée. D’ailleurs ni les prénoms Maléfique (dont j’aurais aimé connaître l’origine), Stephane, Philippe, ni aucun autre nom ne provient du conte La Belle au Bois Dormant de Charles Perrault mais du long métrage animé des studios Disney. Seul le prénom Aurore existe dans le conte mais il s’agit de la fille de la Belle au Bois Dormant et de son prince. 

Comme avec le film animé La Reine des Neiges de Chris Buck et Jennifer Lee, la morale de fin est modernisée : c’est fini le temps où la princesse attend que son prince charmant viennent la sauver. Ici aussi, la fin est modifiée (ce qui est nettement mieux) et je suis très satisfaite de cette fin qui me convient parfaitement.

C’est un film à voir, que vous soyez petits ou grands, l’histoire de Maléfique ne manquera pas de vous toucher et de vous surprendre.

On s’en fout mais je l’écris quand même

J’avoue, j’ai adoré Angelina Jolie dans ce film et deux scènes m’ont particulièrement émues : la première est l’élément qui a déclenché la colère de Maléfique et son désir de vengeance et la seconde est le petit côté monologue de fin de Maléfique devant une Aurore endormie. Dans ces deux scènes, l’actrice m’a complètement ébloui et touché.

On peut également noter que les enfants d’Angelina Jolie : Zahara, Pax et Vivienne font une apparition dans le film. Vivienne interprète la princesse Aurore dans sa jeunesse.

Maléfique2Maléfique affiche 2

Anecdotes

– Les enfants d’Angelina Jolie et Brad Pitt: Vivienne Jolie-Pitt, Zahara Jolie-Pitt et Pax Jolie-Pitt joueront dans le film. Vivienne Jolie-Pitt devrait jouer une version plus jeune de la Princesse Aurore.

– La musique est signée par James Newton Howard (King Kong). Lana Del Rey fait également partie de la Bande Originale.

– Judi Dench (Philomena) et Emma Thompson (Dans l’ombre de Mary) ont été envisagées pour interpréter les fées, marraines de la Princesse Aurore.

– John Lee Hancock, qui a co-écrit le scénario de ce film, est le réalisateur d’un autre film de Disney, Dans l’ombre de Mary.

Et la nouvelle bande annonce : 

Nos étoiles contraires réalisé par Josh Boone

Nos étoiles contraires réalisé par Josh Boone

nosetoilescontrairesaffichefrancaisefilms

Fiche Technique

Producteur : Marty Bowen, Wyck Godfrey

Réalisateur : Josh Boone 
Scénariste : Scott Neustadter, Michael H. Weber, d’après le roman de John Green
Distributeur : 20th Century Fox France

Distribution – Shailene Woodley : Hazel Grace Lancaster

Ansel Elgort : Augustus « Gus » Waters

Willem Dafoe : Peter Van Houten

Sam Trammell : Le père de Hazel

Laura Dern : La mère de Hazel

Nat Wolff : Isaac

Lotte Verbeek : Lidewij Vliegenthart

Origine : Etats-Unis
Sortie française : 20 août 2014 
Durée :  2h05
Genre : Drame/Romance
 
Synopsis

Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux via un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Nos étoiles contraires, d’après le best-seller de John Green, nous entraîne dans une histoire d’amour folle, drôle et surtout pleine de vie.

Mon avis

Ayant adoré le roman, que dis-je, ce fut un sacré coup de cœur, je ne pouvais que me précipiter au cinéma lors de la sortie de son adaptation.

Si vous ne connaissez absolument pas l’histoire ou si vous voulez simplement lire mon avis, je vous invite à aller voir l’article concerné à ce LIEN.

Hazel, 16 ans, est atteinte du cancer. Sa mère soupçonne que la jeune fille est en pleine dépression et la contraint à se rendre à un groupe de soutien pour jeunes cancéreux. Au début, elle n’est pas très enthousiaste d’y aller…jusqu’à sa rencontre avec Augustus.

nosetoilescontrairesphotosunefilms

Ce que j’ai tant aimé dans ce film, c’est que le réalisateur Josh Boone (Stuck in Love), les deux scénaristes et les producteurs (dont Wick Godfrey qui a notamment produit la saga Twilight) ont été fidèles aux caractères des personnages du roman. Hazel est tout aussi cynique, drôle et touchante que dans le bouquin. Quant à Augustus, il est tout ce que je m’imaginais : plein d’humour, il respire la joie de vivre malgré les coups du sort qui ne lui sont pas très favorables. La mère d’Hazel est également comme dans le roman : optimiste et très (trop !) enthousiaste et son père, plus posé mais aussi inquiet.

Enfin, Isaac, l’ami de Gus, m’est apparu étrangement plus sympathique que dans le roman (la scène où il casse les trophées de Gus est assez hilarante). Quant à Peter Van Houten, outre le fait que je ne me l’imaginais pas comme cela (je le voyais plutôt comme un homme débrayé et bedonnant), le choix de l’acteur m’a plus que satisfaite car, à l’instar du Peter Van Houten du roman, il est désagréable et antipathique. Une vraie tête à claque !

L’équipe a également été fidèle à l’intrigue du bouquin : la présence et l’implication de l’auteur John Green y est certainement pour quelque chose, j’imagine. A part quelques rares modifications ou scènes manquantes (que j’espère retrouver dans les bonus du dvd), j’ai trouvé la fin aussi belle que dans le roman.

nosetoilescontrairesphotosdeuxfilmsnosetoilescontrairesphotostroisfilms

Lorsque j’ai appris que Shailene Woodley (The Descendants) et Ansel Elgort (Carrie : la vengeance) obtinrent les rôles principaux, j’ai eu un peu peur de ce choix. En effet, les deux acteurs se donnent la réplique dans le film Divergente où ils sont frère et sœur. Donc, j’ai pensé, à tort, que cela me ferait bizarre. Mais, pas même au début du film, la bizarrerie de la chose ne m’a effleurée tant ces deux acteurs très talentueux se sont immédiatement appropriés les personnages d’Hazel et Gus. Ils ont su, avec brio, retranscrire à l’écran les caractères uniques de leurs personnages et nous ont fait passer par tant d’émotions : la tristesse, la joie, la colère… Vraiment, le choix de ces deux acteurs dont l’alchimie crève l’écran a été judicieux. Et puis, physiquement, ils collent parfaitement à l’image que je m’en étais faite.

Idem pour le reste du casting : Laura Dern (Jurassic Park), Sam Trammel (True Blood) et Nat Wolff (Palo Alto) sont crédibles dans leurs rôles quand à Wilhem Dafoe (Spiderman), si physiquement, il ne ressemble guère à Peter Van Houten, le grand talent de cet acteur lui a permis de s’approprier le personnage et le rendre aussi monstrueusement méchant que dans le bouquin.

Visuellement, le film colle avec la vision que j’avais du bouquin : ce n’est pas une histoire sur le cancer, c’est avant tout l’histoire de deux jeunes gens qui tombent amoureux et à leurs images, le film est très coloré. Les couleurs sont éclatantes notamment à Amsterdam : la ville est déjà magnifique avec son canal qui la traverse mais le réalisateur lui a donné une petite touche d’exotisme, je trouve. Ne me demandez pas en quoi car je ne saurais vous répondre mais c’est ce que j’ai ressenti.

Et la musique, elle se fond parfaitement dans le film. Elle n’est clairement pas intégrée pour faire pleurer dans les chaumières. Le choix des musiques est judicieux : elles sont entraînantes et émouvantes, presque punchy tout comme le sont Hazel et Gus. Pour voir les différents titres de celle-ci, je vous invite à consulter cet article.

Enfin, ayant vu le film en VF, je ne peux que me prononcer dessus mais le doublage est parfait, à mon avis. Bien sûr, rien ne vaut la version originale mais la version française est tout à fait acceptable dans ce film.

Conclusion

Est-ce que je vous conseille de voir ce film ? Oui, oui et oui ! Et de lire le roman par la même occasion. L’intrigue, les personnages et les sublimes citations du bouquin sont respectés et présentes dans le film. On passe du rire aux larmes avec les personnages mais c’est une belle leçon de vie et je pense, j’espère que vous apprécierez cette adaptation.

On s’en fout mais je l’écris quand même

J’ai beaucoup de mal à trouver une scène coup de cœur dans ce film car ce sont tous les petits moments de vie d’Hazel, Gus, de Mr et Mme Lancaster, d’Isaac qui me plaisent. C’est un peu le message de ce film : profiter du moment présent, de ceux que l’on possède déjà et surtout des personnes qui nous entourent et que l’on aime.

Une scène m’a quand même fait particulièrement réfléchir et je n’avais pas réfléchi à cela durant la lecture du bouquin (comme quoi, l’adaptation est réussie !). Ce passage se situe à la fin de l’entrevue avec Peter Van Houten, lorsque Gus et Hazel s’apprêtent à partir. L’auteur d’Une impériale affliction demande à Hazel pourquoi elle tient tant à connaître le sort des personnages du roman après le décès d’Anna : celui de la mère d’Anna, de Mr Tulipe et de Sisif le hamster.

Je n’avais pas réalisé qu’Hazel se projetait, en un sens, dans l’histoire du bouquin et qu’elle se demandait ce que deviendrait la vie des personnes qu’elle aime après sa mort. Je pense qu’elle veut connaître la suite pour se rassurer et être sûr que tout ira bien pour sa mère, son père, Gus…

Je ne sais pas si mon interprétation est la bonne mais je l’ai ressentie comme ça, sur le moment.

J’ai déjà écris que le film était visuellement beau avec ses couleurs éclatantes, ses lieux magnifiques…mais l’autre petit plus, qui n’est qu’un détail mais que j’ai adoré, c’est les petites bulles de conversation lorsqu’Hazel et Gus correspondent : cette manière d’intégrer les emails ou les textos dans le film est assez sympa car cela nous permets de lire également ces messages.

Cela ajoute de la normalité à leur adolescence plus que compliquée.

Anecdotes

– Plusieurs noms d’acteurs et d’actrices ont été nommés avant que Shailene Woodley (The Descendant) et Ansel Elgort (Carrie : La vengeance) soient retenus pour les rôles principaux de Gus et Hazel.

En effet, les noms de Noah Silver (The Borgias), Brenton Thwaites (Maléfique) et même Nat Wolff (Happy New Year), qui joue finalement l’ami de Gus, Isaac, ont circulés pour le personnage de Gus.

Tandis que Hailee Steinfeld (True Grit) et Liana Liberato (The Expatriate) auraient pu jouer Hazel.

– Ce sera la seconde fois que Shailene Woodley et Ansel Elgort se donneront la réplique. En effet, tous deux jouent dans l’adaptation du roman Divergente réalisé par Neil Burger. Ils interprètent respectivement Tris Prior et son frère Caleb.

– Le roman de John Green est un best-seller. Vous pouvez retrouver mon avis sur le sublime roman dont est adapté ce film : Nos étoiles contraires.