Paul Kearney – Les mendiants des mers (Tome 1)

paulkearneylesceauderantomeunlivres

Tome 1 : Le sceau de Ran

Le résumé du livre :

Autrefois existait une race de créatures très ancienne. Selon certaines légendes, ils étaient les derniers des anges. D’autres prétendent qu’ils étaient des démons. Rol Cortishane a grandi dans un petit village de pêcheurs isolé, sans savoir quelle était sa place en ce monde. Mais le sang de cette race oubliée coule dans ses veines. Marqué du Sceau de Ran, accusé de sorcellerie et de magie noire, Rol doit fuir son village et trouver refuge dans la tour du mage Psellos. Là, la belle Rowen le formera pour devenir un assassin… Une fantasy au long cours, par l’auteur du best-seller des Monarchies divines et du flamboyant péplum 10 000, au coeur de l’Empire.

(Source Le Livre de Poche)

Mon avis:

J’ai eu récemment la chance d’être sélectionnée pour un partenariat avec les éditions Le Livre de Poche et je les en remercie. Le livre en question est « Les mendiants des mers, Tome 1 : Le sceau de Ran » de Paul Kearney.
 
L’histoire est celle de Rol Cortishane, jeune garçon vivant avec son grand-père au sein d’un village de pêcheur. Un jour, il doit quitter précipitamment l’île, après que son grand-père et les deux personnes qui vivaient avec eux furent tués. Etant marquée du sceau de Ran, un puissant dieu d’Umer – pays dans lequel vit Rol – sa famille et lui furent accusés de sorcellerie. Débute alors ses péripéties en mer, son arrivée chez un grand mage Psellos qui vit au sein d’une immense tour et qui le formera avec l’aide de Rowen, une jeune femme très mystérieuse, à devenir un assassin.
 
J’aime beaucoup les livres fantasy et donc je n’ai vraiment pas été déçue de celui-là. Le livre est divisé en deux parties : la première est celle de son arrivée dans la tour de Psellos, son entraînement et puis le début d’une relation compliquée avec Rowen. Cette première partie est riche en révélations – surtout la fin – et en rebondissements.
 
La seconde se passe en mer. Celle-ci est plus intéressante pour ma part. L’auteur décrit vraiment bien les lieux, les bateaux, les personnages… qu’on a vraiment l’impression de les voir et de voyager parmi eux. Outre la mer, il y a aussi des passages qui se passent sur terre. Là aussi, les lieux notamment la partie dans le désert est très détaillée. Paul Kearney écrit deux chapitres voire plus de cette plaine de Gorthor et les éléments tels que la fraîcheur qui tombe le soir, la chaleur qui s’élève du sol, la lenteur de leur pas… tous ces détails m’ont permis de m’immerger entièrement dans l’histoire.
 
En ce qui concerne le style d’écriture de l’auteur, je l’ai trouvé plutôt simple à lire. Je n’ai rencontré presque aucune difficulté à comprendre certains mots sauf, peut être, certains termes marins. Il donne beaucoup de détails sur les différents bateaux, les matériaux, les endroits à l’intérieur des bâtiments… Par chance, j’ai lu un nombre incalculable de livres sur la navigation et je m’y suis retrouvée assez facilement. Aussi, certaines phrases m’ont parues étrange à lire, j’ai du m’y reprendre à deux fois pour en lire certaines et bien les comprendre car leurs constructions me semblait bizarres (la conjugaison des verbes, entre autres).
 
En définitif, j’ai beaucoup apprécié ce roman qui m’a réellement transporté vers des contrées lointaines et inconnues. J’ai vraiment hâte de connaître la suite. Je remercie à nouveau les éditions Le Livre de Poche et Livraddict qui m’ont permis de découvrir cet auteur et cette histoire.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s